GILET

 Paritaire relative au port de la tenue de travail et à la prise en charge de ses frais d’entretien – 27 juin 2013


Cette réunion paritaire fait suite à la réunion du CCE du 30 avril qui a vu la Direction informer de sa volonté de dénoncer la ristourne sur achats lessiviers à concurrence de 20 €. Les élus CFTC du CCE avaient alors réclamé une véritable négociation sur ce sujet, rendant un avis défavorable à cette situation de suppression d’une modeste - mais néanmoins - participation de l’Employeur, bien que la proposition d’un entretien assuré
par l’Entreprise et dans une politique de partenariat avec des ESAT soit appréciable.


Après une décomposition au centime près du coût d’un lavage en machine (consommation d’eau, électricité,produits lessiviers, fréquence…) pour le lavage d’un gilet, le coût annuel ressort à 1,837 € ! Bien sûr, on peut « moquer » ce calcul – exhaustif -, considérer que certains lavent plus souvent, que le calcul ne prend pas tout en charge, que les affaires professionnelles sont lavés avec le linge de la maison, etc mais avec un peu d’honnêteté intellectuelle, il faut reconnaître que la ristourne est appréciée, laissant la liberté à chacun de « gérer » sa tenue. Pour info, sur la base moyenne d’un produit lessiviel, la réduction de 20% actuelle permet de récupérer environ 2,36 € en cagnotte.

Le choix de l’Entreprise, à l’occasion des 50 ans, de lancer un gilet moderne et simple, est plutôt plébiscité.Reste à gérer les « fautes de goût » et la bonne image de chacun auprès des clients, c’est le bon sens de chacun qui est demandé. Ce gilet évoluera avec un matériau textile plus solide et moins sensible à l’usure et défrâichissement constatés aujourd’hui.

  
La Direction sollicite alors les partenaires sociaux sur la proposition de :
 soit de prendre en charge par les ESAT (avec un système de reprise, stockage, dépose, etc) avec une organisation locale au plus près  soit d’améliorer le montant de la ristourne à 25 % pour un plafond annuel de 30 € par salarié Le faux débat que la cgt-FO a lancé, considérant que les salariés sont floués et que l’Entreprise à une obligation de nettoyage n’est pas fondé, sauf à avoir un véritable uniforme pris en charge intégralement par l’Employeur : est ce dans les moeurs aujourd’hui ?Pour mémoire, les tenues des métiers de bouche ou certains métiers techniques sont exclus de ces débats – même si certains métiers font débat exemple ateliers SAV - , celles-ci étant nécessaires à l’exercice du métier.


Projet d’accord ou décision unilatérale de la Direction, la question à ce jour n’est pas tranchée et mérite vos avis complémentaires…

 Tiré de la Gazette N°48 CFTC /AUCHAN

 

cftc