GDI

Accord de la Gestion du Développement  Individuel des Employés

 

Accord signé par la CFTC le 13.04.2012.......

Le principe général:

  • lisibilité et rythme dans les évaluations métier,
  • objectivité et pragmatisme concernant la réalité de chaque métier,
  • proximité et qualité dans le management
  • qualité dans le suivi du dispositif

5 Principes fondamentaux :

N°1 / Une Gestion du développement individuel uniformisée

Tenir compte de la grande spécifité  ET des  grilles métiers....

N°2/ Une évaluation rythmée et accompagnante

1 entretien annuel d'activité

Le déclenchement de la GDI se fait dès l'entrée du collaborateur dans l'entreprise.Après 6 mois de présence 1er entretien "intermédiaire" entre lui et son supérieur hiérarchique afin d'établir un 1er point et de fixer des axes d'orientation.Dès 12 mois de présence :1er entretien individuel.

Moment privilégié dans la relation managériale qui permet par le biais d'échanges entre l'employé et son responsable :

  • évaluer le niveau de professionnalisme
  • évaluer ses résultats dans l'exercice de son métier
  • de définir les axes de progrès et les moyens d'y parvenir
  • de faire le point sur les besoins en formation et sur l'accompagnement éventuellement nécessaire pour atteindre le seuil de tenue de fonction

 

L'évaluation faite par le supérieure hiérarchique  s'appuie sur des éléments concrets,factuels et mesurables.

Identifier clairement :

  • l'atteinte ou non du niveau de professionnalisme
  • les résultats et plans d'actions à mettre en oeuvre

Si le seuil n'est pas atteint = un entretien intermédiare sera mis en place à 6 mois.

 

En qualité de manager , le responsable hiérarchique a pour responsabilité d'alerter et d'accompagner un collaborateur en difficulté sérieuse dans sa fonction , sans attendre l'entretien annuel d'activité.Le manager doit également convenir avec le collaborateur des actions correctrices à mettre en place.

 

N°3: Une grille métier précise et pragmatique  

Une grille métier composée de 12 critères.

Les 12 critères constituant la grille sont variables en fonction des métiers évalués,afin de garantir l'adéquation la plus optimale possible du critère posé avec la réalité professionnelle quotidienne du collaborateur  .

N°4: Une COTATION BASEE SUR 6 POINTS DE CONTROLE:

6 points de contrôle de la pratique professionnelle permettent une appréciation objective globale de la situation du collaborateur au regard du critère observé.

6 points répartis en :

5 points correspondants aux basiques de la pratique professionnelle

1 point correspondant à un niveau supplémentaire de pratique professionnelle permettant d'atteindre la cotation maximale

N°5: une COTATION a 4 degrès:

Le total du nombre de points de contrôle maitrisés permet d'aboutir à  une cotation du collaborateur dans le cadre du critère évalué.Cette cotation constitue une "cotation plancher" en deçà de laquelle le responsable hiérarchique ne peut pas descendre.En revanche , compte tenu de situations particulières , le responsable hiérarchique peut décider d'une cotation finale plus élevée.

Chaque critère évalué fait l'objet d'une cotation selon un système identique pour les points de contrôle "basiques professionnels".

A savoir : Si le critère ne peut être dans la fonction exercée, le manager attribue la cotation  3 (tenue normale de fonction) afin de neutraliser le critère dans la grille.

 

A bientôt , pour la suite .........dans un prochain billet.....

 

Peggy DS CFTC

 

L'équipe CFTC est à votre écoute pour échanger sur vos entretiens GDI ......

La GDI est "une reconnaissance du professionnalisme" , permet d'atteindre

un échelon supérieur = une rémunération supérieure