30 août 2018

Rentrée sociale : la CFTC prend la parole

 

 

Jeudi 30 août 2018

Réformes sociales

Retraites, prestations sociales, CSG, santé au travail, assurance chômage… sont autant de sujets qui font l’actualité en cette rentrée. Reçus mercredi à Matignon par le Premier ministre, Philippe Louis et Bernard Sagez ont évoqué avec le Premier ministre Edouard Philippe, ces sujets et leurs possibles réformes.

Avant cette rencontre, Philippe Louis rappelait les attentes de la CFTC pour cette rentrée sociale.

Puis, à la sortie de son rendez vous avec le Premier ministre, il livrait son sentiment aux journalistes. Ces derniers, ont notamment demandé au président de la CFTC si, comme Emmanuel Macron, il pensait que les Français étaient des « Gaulois réfractaires au changement ».

Qu’il s’agisse de santé au travail, des arrêts maladie, ou d’assurance chômage,  la CFTC ne rejette pas a priori les futures réformes, mais son président a rappelé la nécessité de nourrir un « dialogue de qualité ». En effet c’est d’une saine concertation que naîtront des réformes efficaces et justes pour les Français. 

L’assurance chômage

Sur l’assurance chômage, Philippe Louis a rappelé au premier ministre que « la CFTC veut bien rentrer en négociation, à deux conditions : que la réforme ne se fasse pas sous la pression du diktat des budgets et que les demandeurs d’emploi soient au coeur de la problématique ». Sans rentrer dans le fond, Matignon « a donné un calendrier de diagnostic avec trois réunions et, au bout du compte, un document de cadrage pour une négociation qui devra aboutir d’ici fin janvier », rapporte Philippe Louis.

Santé au travail

En matière de santé au travail, si Philippe Louis s’est dit « intéressé » par la prévention des risques, il affirme en revanche « avoir des doutes » sur la réforme des services de santé au travail.

Arrêts de Travail

« Sur les indemnités journalières [relatives aux arrêts de travail], il faut faire attention. Il faut faire le diagnostic et regarder exactement d’où viennent les écarts » déclare Philippe Louis. Ajoutant qu’ « il y a des rapports dans lesquels on observe que, dans certaines entreprises, les arrêts de travail sont liés aux conditions de travail et ce n’est pas en les faisant payer que l’on agira sur les conditions de travail et que l’on réglera le problème ».

Dès le début de la semaine, Pascale Coton, vice-présidente, en charge du dossier des retraites, exposait les revendications de la CFTC sur ce sujet au micro de LCI :

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


29 août 2018

TRACT CFTC SECTION VALENCE

 

 

TRACT VALENCE augmentation salariale-page-0 (1)

Posté par Auchan CFTC 07 à 20:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

.....sur My CFTC

 

 

IL EST DISPONIBLE ! sur MY CFTC 

 

calendrier RV 2019 repiquage-page-0 (1)

calendrier RV 2019 repiquage-page-1 (1)

Posté par Auchan CFTC 07 à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 août 2018

Grille salariale au 1 er sept 2018

revalorisation salariale 1 sept 2018

 

 

En Mars dernier,la CFTC (les DS à l'unanimité) a décidé de ne pas signer...........

 

se fût la 1ère année qu'il ny'ait pas pas d'accord majoritaire concernant les NAO

 

SOIT POUR UN SALARIE 2B = +4.78€ BRUT 

 

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 20:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 août 2018

Top 5 des métiers en voie de disparition

 

 

Top 5 des métiers en voie de disparition

La diffusion d’une innovation dans une économie provoque la disparition de certains métiers et en fait émerger de nouveaux. Même si Schumpeter n’en avait pas fait un concept économique, à travers sa théorie de la destruction créatrice bien connue, nous pourrions aujourd’hui en faire le constat tous les jours autour de nous.

L’accélération technologique de ces dernières années témoigne de la force de la révolution digitale qui bouleverse notre société. Cette lame de fond fait disparaître de nombreux emplois, sans que l’actif occupant puisse toujours l’anticiper suffisamment tôt. C’est pourtant cette compréhension qui est la clé d’une capacité de rebond, à travers un effort de formation ou la recherche d’un emploi dans un autre secteur.

S’il existe une alternative technologique à un emploi humain, celle-ci sera systématiquement choisie, dans une optique de gain de productivité. Le mouvement de remplacement de l’homme par la machine est favorisé par le mouvement cyclique suivant : l’automatisation génère de la croissance par une augmentation des gains de productivité, et la croissance génère à son tour de l’automatisation par l’augmentation des salaires qui engendre une incitation à automatiser.

La vague digitale qui engloutira de nombreux emplois risque d’être socialement néfaste si elle n’est pas anticipée. Ne pas prévoir les métiers qui vont disparaître, c’est risquer une aggravation du taux de chômage et donc un déséquilibre critique de nos comptes sociaux.

Quels sont les emplois menacés ? John Maynard Keynes prévoyait que d’ici la fin du XXe siècle, la technologie aurait détruit les emplois aliénants et pénibles. Une intuition qui se révèle exacte :  le classement DARES des métiers les plus pénibles se superpose avec celui des métiers menacés. L’anthropologue David Graber, professeur à la London School of Economics, juge que les robots vont éradiquer ce qu’il nomme les « bullshit jobs », ces emplois inutiles qui ne portent aucun sens ni pour l’employeur ni pour l’actif occupant.

Nous proposons dans cette courte note de mettre en lumière 5 métiers fortement menacés.

Les métiers retenus sont ceux qui sont à la fois directement remis en question par une technologie et qui ont vu leurs effectifs diminuer depuis 30 ans.

Au total, selon nos estimations, ce sont près de 2,1 millions d’actifs concentrés dans ces 5 métiers qui ont une forte probabilité de voir leur emploi disparaître dans les prochaines années. Les métiers sélectionnés pour illustrer cet effet sont donc ceux ayant connu la plus forte diminution de leurs effectifs depuis 1986[1] : manutentionnaires, secrétaires de bureautique et de direction, employés de comptabilité, employés de la banque et de l’assurance et caissiers et employés de libre-service.

Néanmoins, si de nombreux métiers vont disparaître, d’autres, en plus grande proportion vont également émergés. Parce que nous ne pouvons encore cerner avec certitude la nature de ces nouveaux emplois, nous devons alors créer un cadre propice à leur émergence, basé notamment sur une formation professionnelle agile et personnalisée.

>> Télécharger notre étude <<

 

[1] Données issues de l’INSEE et de la DARES.

Erwann Tison est le directeur des études de l’Institut Sapiens. Macro-économiste de formation et diplômé de la faculté des sciences économiques et de gestion de Strasbourg, il intervient régulièrement dans les médias pour commenter les actualités liées au marché du travail et aux questions de formation. Il dirige les études de l’Institut Sapiens depuis décembre 2017.

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23 août 2018

Vu de mes yeux en juillet ! sur Englos , j adore !

 

l’univers produits de la mer Auchan ENGLOS : Une nouvelle implantation

qui donne envie de s'y arrêter ... 

 

IMG_4766

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Par Olivier DAUWERS : Comment Auchan veut réinventer l’expérience-client…

Olivier Dauvers

 Comment Auchan veut réinventer l’expérience-client…

Passage à Englos. C’est l’un des hypers laboratoires d’Auchan qu’il faut donc visiter avec la régularité d’un métronome pour comprendre (sans nécessairement être plus informé que ça !) ce que fait ou veut faire l’enseigne. Dernier test en date, en cours d’implantation, l’univers produits de la mer qui montre, en creux, comment Auchan entend réinventer l’expérience d’achat : par la révision de l’offre, par le merchandising et par l’ILV. 

Dans ce test, le plus visible (mais le moins duplicable sur d’autres catégories) est le déplacement du rayon conserves de poissons vers l’univers marée, en proximité de la saurisserie. Présentée en “corner”, les conserves de poissons ont autrement plus de “gueule”. Mais, surtout, le rayon est nettement plus lisible car… l’offre a été resserrée. C’est visiblement le second étage de la fusée : moins de références (à quoi bon multiplier les réponses sur une même unité de besoin). A vue de nez, et au risque d’être contredit par les faits, il y a 30 % de références en moins. Énorme. En parallèle, et toujours pour “lire” plus facilement l’offre, Auchan a tenté d’homogénéiser les prix à la gamme. Toujours une bonne idée sur le papier, néanmoins difficile à faire vivre sur certaines catégories ou les péréquations de marge selon les parfums/les variétés permettent de suivre la guerre des prix sur les majeurs en se “refaisant” sur les produits mineurs. 

Enfin, troisième chantier : l’ILV. Là aussi, un seul objectif : faciliter le choix du consommateur, donc l’expérience d’achat. J’ai évidemment adoré le tableau d’offre saumons/truites fumés où “Marinette” compare l’offre (un peu à la manière de Decathlon, voir ci-dessous). Là encore, le plus difficile commence : faire vivre dans le temps autant de bonnes intentions. Mais, sur le papier, j’achète tout !

IMG_4769

 

IMG_4771

IMG_4772

IMG_4770

IMG_4766

IMG_4773

 

IMG_4768

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 août 2018

Handicap : la CFTC a fait entendre sa voix

handicap-1173331_960_720

Handicap : la CFTC a fait entendre sa voix

Mercredi 22 août 2018

La CFTC salue plusieurs mesures pour favoriser l’emploi des travailleurs handicapés

La CFTC accueille favorablement six mesures de la loi Avenir professionnel, votée le 1er août, destinées à favoriser l’emploi des travailleurs handicapés. Elles avaient été annoncées le 5 juin par la secrétaire d’Etat en charge du handicap, après une concertation à laquelle a participé la CFTC.

Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, avait annoncé le 5 juin 2018 une série de mesures destinées à favoriser l’emploi des travailleurs handicapés. Celles-ci faisaient suite à la première phase d’une concertation (du 15 février au 31 mai), consacrée à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH), à laquelle la CFTC avait participé. Six mesures avaient été bien accueillies par la CFTC. Elles figurent maintenant dans la loi Avenir professionnel, votée le 1er août, et entreront en vigueur le 1er janvier 2020.

Le maintien du taux d’emploi obligatoire à 6 % de l’effectif salarié

Les travailleurs handicapés ne représentent en moyenne que 3,4 % des effectifs salariés dans le privé, au lieu des 6 % que les entreprises de 20 salariés et plus sont tenues d’employer. A défaut, celles-ci doivent verser une contribution à l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph). Ce taux de 6 % est maintenu et fera l’objet d’un débat parlementaire tous les cinq ans.

La priorité donnée à l’emploi direct

A l’avenir, il ne sera plus possible pour les employeurs de s’acquitter partiellement de l’OETH en passant des contrats de sous-traitance avec des entreprises adaptées ou des établissements d’aide par le travail. Certaines dépenses liées à ces contrats devraient néanmoins pouvoir être partiellement déduites.

Des accords agréés limités dans le temps

Les accords handicap agréés auront une durée de trois ans et seront renouvelables une fois. Au bout de six ans, les entreprises concernées qui ne respectent pas le quota de 6 % devront s’acquitter de la contribution à l’Agefiph. Elles en sont jusqu’ici dispensées – ces accords étant dérogatoires – tant qu’elles reportent la part non dépensée de leur budget « handicap » sur l’accord agréé suivant.

Trois autres mesures sont bien accueillies par la CFTC :

– la fin de l’exonération de sa contribution au FIPHFP pour le ministère de l’Education nationale ;
– la prise en compte des stagiaires et personnes en période de mise en situation professionnelle (PMSP) dans le taux d’emploi de travailleurs handicapés de l’entreprise ;
– le maintien d’une minoration de la contribution Agefiph pour les entreprises qui emploient des seniors handicapés, particulièrement touchés par le chômage.

La CFTC déjà engagée dans la seconde phase de concertation

La CFTC, prudente sur les effets de ces mesures, espère néanmoins que celles-ci contribueront à l’objectif des 6 % de travailleurs handicapés par organisation de vingt salariés ou plus. Elle est, depuis le 5 juin (et jusqu’en septembre), engagée dans la seconde phase de la concertation, sur l’offre de service aux employeurs et aux travailleurs. En mars déjà, Sophie Cluzel s’était montrée intéressée par le réseau Handicap de la CFTC (lire l’encadré).

Laurent Barberon

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Travail le dimanche : 22 députés de la majorité signent un appel à aller plus loin

  • Travail le dimanche : 22 députés de la majorité signent un appel à aller plus loin
|
Publié le 20/08/2018

LÉGISLATION - LOISTRAVAIL DOMINICAL Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche, 22 députés de La République en marche militent pour offrir aux commerçants une plus grande liberté d'ouvrir le dimanche. En mettant à profit la loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises).

Dans leur tribune publiée dans le Journal du Dimanche, la vingtaine de députés de La République en marche argument, notamment, sur le fait qu’au sein des zones touristiques déjà concernées par l’ouverture des commerces le dimanche, le chiffre d'affaires des magasins a augmenté de 15% et le dimanche est devenu le deuxième meilleur score de la semaine pour certaines boutiques. Dans leur tribune publiée dans le Journal du Dimanche, la vingtaine de députés de La République en marche argument, notamment, sur le fait qu’au sein des zones touristiques déjà concernées par l’ouverture des commerces le dimanche, le chiffre d'affaires des magasins a augmenté de 15% et le dimanche est devenu le deuxième meilleur score de la semaine pour certaines boutiques.

On ne parle pas encore "d’extrémisme dominical". Mais une vingtaine de députés de La République en marche militent pour "aller plus loin" sur l’ouverture des commerces le dimanche. Ceci dans une tribune publiée le 19 aout 2018 dans le - bien nommé, en la circonstance - Journal du Dimanche.  Sous le titre "Ouverture dominicale : faisons le choix de la liberté", la harangue débute en affirmant "la loi Pacte est une formidable opportunité pour revitaliser nos centres-villes, répondre aux attentes des Français et accroître l'attractivité de nos territoires en matière d'offre touristique. Alors, utilisons ce projet de loi pour offrir aux commerçants la liberté d'ouvrir ou non le dimanche !". Rappelons que ledit Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (loi Pacte) est le projet de loi du gouvernement d'Édouard Philippe destiné à repenser la place et la taille des entreprises dans la société, mais aussi à simplifier la vie des petites et moyennes entreprises. Dès 2015, la loi Macron élargissait le champ d'ouverture des commerces le week-end, notamment dans les centres des grandes villes.

De l’aspiration des Français à la liberté des salariés

La tribune des 22 signataires repose sur cinq arguments-clés. D’abord un satisfecit macroniste. "Premier assouplissement, la loi Macron d'août 2015 a été une bouffée d'oxygène pour nos commerces et nos centres-villes. Au sein des zones touristiques internationales créées à l'époque, le chiffre d'affaires des magasins a augmenté de 15% et le dimanche est même devenu le deuxième meilleur score de la semaine pour certaines boutiques. Le nombre d'emplois a progressé d'environ 10% et 1 500 postes ont été créés dans les grands magasins parisiens". D’où cette harangue de ne point attendre pour aller plus loin. Les députés engagés font ensuite de l'ouverture dominicale, "un enjeu sociétal qui correspond à l'aspiration des Français : être libre d'acheter, de se divertir, de travailler ou non le dimanche. Soixante-huit pour cent de nos concitoyens sont favorables à un assouplissement du travail dominical". Sur la question sensible des travailleurs du dimanche, "loin des idées reçues, de nombreux salariés sont demandeurs de cette liberté de travailler le dimanche. Dans les grands magasins parisiens, un roulement entre salariés a même dû être mis en place. Ils étaient tout simplement trop nombreux à vouloir travailler le dernier jour de la semaine !".. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Du e-commerce aux capitales européennes

Evidemment l’argumentation ne peut faire l’impasse sur "l'attrait des Français pour l'e-commerce, révélateur de notre aspiration à être libre de consommer". Les signataires décrivent une France au troisième rang européen des ventes en ligne, comptant 37,4 millions de cyberacheteurs. Et déplorent les "nombreux commerces de proximité subissant de plein fouet cette concurrence 24h/24 et 7j/7. Certains, même situés dans les artères les plus commerçantes, ferment et ne contribuent plus au lien social". Le comparatif avec les grandes capitales européennes est une point-clé des défenseurs de l’ouverture dominicale. "Londres, Madrid, Rome… ont bien compris la nécessité d'ouvrir leurs magasins le dimanche pour attirer les touristes internationaux et soutenir l'activité. Car même si Paris, avec 40 millions de touristes accueillis l'an dernier, reste la première capitale visitée au monde, ces visiteurs dépensent moins en France que chez nos voisins. Pour preuve, les recettes générées par le tourisme sont 30% inférieures à celles de l'Espagne… Quel gâchis!". Et de conclure "dans le contexte du Brexit, le temps est venu de rattraper notre retard en offrant des services au moins comparables. N'attendons plus! La loi Pacte serait l'opportunité à saisir pour donner plus de libertés aux commerces d'ouvrir ou non le dimanche et ainsi redynamiser nos cœurs de ville". Reste encore à définir le champ géographique et le calendrier de cet "aller plus loin" non explicitement précisés dans la tribune du Journal du Dimanche…

Lundi 20 août 2018, Buon Tan, député LREM de Paris, a cependant donné quelques précisions sur Europe 1: "On souhaite passer de 12 à 18, le nombre de 'dimanches du Maire' ouverts, et ajouter huit dimanches, qui sont laissés à l'appréciation des commerçants". Au total, les députés LREM veulent donc atteindre un total de 26 dimanche ouverts, soit "un dimanche sur deux".


 

Posté par Auchan CFTC 07 à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 août 2018

tract CFTC..........

TRACT indemnité entretien des tenues de travail-page0001

 

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,