Afficher l’image source

 

INFORMATION PRESSE EN 2011...................................................ET EN 2018.............

  • Auchan accélère en Russie
| Publié le 25/08/2011

En plus de vouloir multiplier par trois son parc dans les cinq ans, l'enseigne innove en Russie en introduisant le drive et des formats inédits, comme le premier hyper sans caisse, Nacha Radouga.

Dix ans après avoir implanté le premier hyper en Russie, Auchan a fait de ce pays une de ses grandes priorités.Dix ans après avoir implanté le premier hyper en Russie, Auchan a fait de ce pays une de ses grandes priorités.© JEAN CLAUDE MOSCHETTI/REA

 

Auchan-Avto (la version russe de Auchan-Drive) va ravir les Moscovites, dont beaucoup disposent d'internet dans leur voiture et auront tout loisir de passer leur commande durant les interminables bouchons de la capitale. Le premier magasin Auchan-Avto, dont l'ouverture est prévue courant 2012, aura une superficie de 2 000 m² et proposera de 6 000 à 10 000 articles, pour seulement 30 à 40 employés. Un format qui, selon l'enseigne, ne fera pas de petits avant 2013.

Auchan avait déjà fait sensation en Russie en lançant Nacha Radouga (« Notre arc-en-ciel ») : un concept de magasin sans caisse, dont la première unité a ouvert dans la ville de Penza en 2009. Des employés attendent les clients à la sortie pour scanner les produits et délivrer un ticket destiné au terminal de paiement, flanqué de vigiles et de caméras de surveillance. Et les portes du magasin restent closes jusqu'à ce que vous ayez payé ! On est loin de la formule française où le client scanne et règle ses achats...

Pour l'instant, Nacha Radouga se développe lentement, en dépit de l'annonce faite par Auchan selon laquelle une centaine de magasins de ce type pourraient être ouverts dans le pays. L'enseigne vient à peine d'en inaugurer un autre à Kalouga (au sud de la capitale) et va en tester un dans la région de Moscou, lequel ouvrira avant 2012. Chacun représente un investissement de 3 millions d'euros, une surface de 5 000 m², un chiffre d'affaires de 7 000 € par mètre carré par an, 95 employés et un panier moyen de 21 €. 

Numéro un à Moscou 

L'objectif de Nacha Radouga, d'après son directeur Bruno Gafar, est d'offrir les tarifs les plus bas tout en restant bénéficiaire. Le prix étant de très loin le facteur concurrentiel principal dans les provinces russes. Or, selon Bruno Gafar, les clients passent 40% de temps en moins dans ce format, tandis que les concurrents emploient entre 25 et 30% de personnel en plus pour des surfaces analogues.

La mutation est impressionnante. Auchan a débarqué en Russie il y a tout juste dix ans, en ouvrant le premier hyper du pays. À l'époque, les Russes faisaient encore leurs courses dans des épiceries fonctionnant selon le modèle soviétique : pas de libre-service, une vendeuse toute-puissante et de longues files d'attente... Et le modèle Auchan fonctionne, avec des magasins qui ne désemplissent pas. L'enseigne a pris une position dominante à Moscou, qui concentre 10% de la population russe, et avance à travers tout le pays, y compris en Sibérie occidentale, avec deux points de vente à Novossibirsk et un à Omsk.

Très confiant dans un marché qui représentait 13,8% de ses ventes globales en 2010, Auchan vise les 150 magasins d'ici à cinq ans. Trois fois plus qu'aujourd'hui. Le marché russe est en effet « prioritaire » pour l'enseigne. Pour conserver un avantage sur la concurrence, elle a choisi de baisser les coûts opérationnels : réduction du personnel au mètre carré et de l'assortiment, afin de diminuer les frais de logistique.

Cette primauté accordée à la rentabilité explique sans doute pourquoi Auchan s'est laissé distancer par le leader russe de la grande distribution en 2010. X5 Retail Group a engrangé 8,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires l'an dernier, contre 5,8 milliards pour Auchan, qui conserve toutefois son avance sur Metro Cash et Carry (3,1 milliards d'euros). Soit une progression de 24% pour X5 entre 2009 et 2010, contre + 39% pour Magnit (le numéro deux russe) et seulement + 12,5% pour Auchan. En 2009, l'enseigne française était dans le peloton de tête, avec 23% de hausse, contre 25% pour X5. Selon Tatiana Prokina, analyste chez VTB capital, la différence tient au fait que les enseignes russes ont ouvert des nouveaux points de vente à un rythme bien supérieur : « L'obsession des russes est d'augmenter sans cesse leur part de marché. » Celle d'Auchan, de trouver un modèle rentable.

2 ème ARTICLE DE PRESSE EN 2016

Auchan: jusqu'à 40 magasins par an en Russie

Le distributeur français Auchan prévoit d'ouvrir jusqu'à 40 supermarchés et hypermarchés par an en Russie, son troisième marché, où son développement s'est accéléré ces dernières années malgré la crise, a indiqué mardi son responsable pour la Russie.
 
 
"Nous avons prévu (d'ouvrir) une dizaine d'hypermarchés par an et entre 20 et 30 supermarchés par an", a déclaré Jean-Pierre Germain, directeur général d'Auchan Retail Russie, lors de l'ouverture de son 100e hypermarché en Russie dans le sud de Moscou.
 
"Jusqu'à présent, on a investi 200 milliards (de roubles, soit à titre indicatif environ trois milliards d'euros aux taux de mardi, ndlr) pour ouvrir 100 hypermarchés et 170 supermarchés donc on a un développement de 20 à 30 milliards par an en fonction des opportunités", soit entre 300 et 460 millions euros, a-t-il ajouté.
 
Le distributeur français est implanté depuis 2002 en Russie où il est très présent avec actuellement 287 magasins de divers formats. Il s'est récemment diversifié avec des magasins de proximité de petite taille, segment sur lequel il était historiquement peu présent, et même des boutiques de cosmétiques sous la marque Lillapois.
 
Son développement s'est accéléré ces dernières années puisque sur ses 100 hypermarchés, la moitié ont été ouverts depuis 2012. Cette croissance a été enregistrée en dépit d'une crise économique qui a plombé pouvoir d'achat des ménages et consommation, ainsi que d'un embargo russe sur les produits agro-alimentaires occidentaux dû à la crise ukrainienne.

 

3ème Article de 2018

Auchan cale en Russie à cause d'une stratégie déroutante

Auchan cale en Russie à cause d'une stratégie déroutante

L'enseigne de la famille Mulliez fait des choix à contre-courant du marché.

Auchan, la «success story» française en Russie, s'est trop longtemps reposée sur ses lauriers, constatent aujourd'hui les experts du marché de la distribution. L'enseigne tricolore, qui a longtemps occupé la 3e position au sein de la Mère Patrie, son second marché après l'Hexagone, vient de rétrograder en 5e position au 1er semestre 2018. Pire, son chiffre d'affaires a baissé de 7,8 %, tandis que les quatre leaders du marché russe ont connu pour leur part de solides progressions: + 19,8 % pour le leader X5 Retail Group, suivi dans l'ordre par Magnit (+ 6,5 %), Lenta (+ 18,2 %) et Dixy (+ 4 %).

Présent sur le marché russe depuis seize ans, Auchan y compte aujourd'hui 315 magasins et s'est même lancé à la conquête de la Sibérie. L'enseigne décline son offre sur quatre formats, de la supérette à l'hypermarché. C'est surtout dans ce dernier format qu'Auchan a concentré ses efforts, ce qui explique peut-être son passage à vide. «Les difficultés d'Auchan s'inscrivent dans le ...