30 juin 2019

 

 

nonalabandon-facebook

Posté par Auchan CFTC 07 à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


STOP !!!!

 

 

 

We are the Champions - Campagne 2019 de la Fondation 30 Millions d'Amis

La Fondation 30 Millions d'Amis repart en campagne contre les abandons de l'été avec un film coup-de-poing dans lequel les personnages abandonnent leur animal de compagnie en chantant " We are the Champions " (Queen). La France détient en e

https://www.30millionsdamis.fr

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 juin 2019

« CE N’EST PAS AUX DEMANDEURS D’EMPLOI DE PAYER LE DÉFICIT ! »

MARDI 25 JUIN 2019
militants-960x360
Assurance Chômage

Devant le ministère du Travail, la CFTC, avec d'autres organisations syndicales, demande au Gouvernement de repenser son projet de réforme de l'Assurance chômage.

Ce 25 juin, la CFTC, la CFDT, l’UNSA, la CFE-CGC et la FAGE se sont rassemblés devant le ministère du Travail pour dénoncer la réforme de l’Assurance chômage une semaine après sa présentation par le Gouvernement. Parmi les militants CFTC, Philippe Louis, président confédéral, et Bernard Sagez, secrétaire général, ont porté la voix de la CFTC auprès des journalistes : « Si nous sommes là aujourd’hui, c’est parce que nous estimons que ce n’est pas aux demandeurs d’emploi de payer le déficit cumulé de l’Assurance chômage. Un déficit, je tiens à le rappeler, qui est essentiellement dû à la crise de 2008 et aux mesures prises pour en atténuer les effets. Je tiens également à souligner que nous sommes depuis plusieurs années maintenant dans une période de désendettement et non d’endettement de l’Assurance chômage. Ce qui prouve au passage que les partenaires sociaux savent être des gestionnaires conscients et responsables.

 La proposition de réforme présentée la semaine dernière par le gouvernement consiste à faire peser sur les plus démunis le retour à l’équilibre, en allongeant la durée de cotisation de 4 à 6 mois sur les 24 derniers mois. Cette mesure aura pour conséquence d’écarter de l’indemnisation ceux qui sont les plus éloignés de l’emploi, qui n’ont pas d’autre choix que d’accepter des emplois précaires, avec des CDD de courte durée. La logique est la même concernant l’activité réduite ou encore le rechargement des droits : ce sont, là aussi, les plus démunis qui seront concernés. Comment peut-on penser qu’on profite du système quand on touche aux alentours de 300 ou 400 euros par mois. Or, ce n’est pas aux plus fragiles de subir les effets de la réforme. Nous l’avions déjà dit lorsque le gouvernement souhaitait faire porter par les petits retraités le financement du système ; nous l’avions encore dit lorsqu’il s’est agi de diminuer de 5 euros les APL. Pour toutes ces raisons, nous demandons au gouvernement de repenser son projet de réforme. Nous admettons, en effet, qu’une réforme du système d’assurance chômage est nécessaire afin d’aider plus efficacement les demandeurs d’emploi à retrouver un emploi. D’autres pistes existent que celles proposées par le gouvernement, lesquelles sont purement comptables.« 

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


19 juin 2019

L’entreprise libérée, pour des salariés heureux et productifs

L’entreprise libérée, pour des salariés heureux et productifs

©Monkey Business Images/Shutterstock
17/06/2019

Alors qu’un Français sur deux souffre d’un manque de reconnaissance au travail*, certains ont décidé de "libérer" l’entreprise, pour remettre l’humain au cœur de son fonctionnement.  

La 16e Semaine de la qualité de vie au travail s’ouvre ce lundi 17 juin, et l’enjeu est d’importance ! La QVT, comme on l’appelle également, est la préoccupation principale des Français concernant le travail. Ils la placent même en premier (59 %) devant le pouvoir d’achat (58 %) selon une étude réalisée par BVA pour Salesforce.

Pour répondre à ce besoin, certaines entreprises ont décidé de mettre en œuvre un nouveau modèle managérial : c’est l’entreprise libérée. On ne parle pas ici de la mode "start-up" qui consiste à améliorer l’ambiance au travail en installant des baby-foot, des tables de ping-pong, ou des même des consoles de jeu dans les espaces détentes des sociétés. Ces divertissements ne sont parfois qu’une illusion de modernité managériale. À quoi bon pouvoir se défouler à la pause déjeuner si c’est pour arriver et repartir déprimé à des heures indécentes ?

Théorisé par Isaac Getz et Brian M. Carney en 2012, le concept d'entreprise libérée repose sur la prise d’initiatives des salariés au sein de leur société. Dans une entreprise libérée, tous les employés ont un pouvoir de décision - à différents niveaux en fonction de leur poste - au lieu de se voir imposés des directiveset des contrôles venus d’en haut.

©MIND AND I/Shutterstock

Il s’agit de faire confiance à ses collaborateurs pour prendre les bonnes décisions et faire progresser l’entreprise. Dans ce système, la hiérarchie classique est remplacée par une structure horizontale basée sur des règles définies collectivement, dans laquelle les collaborateurs s’auto-dirigent.

Ce concept ressemble à celui d’holacratie, dont nous vous avions déjà parlé. Pourtant, ce n’est pas la même chose. L’holacratie propose aussi de casser la structure pyramidale classique pour redistribuer le pouvoir de décision au sein d’équipes plus autonomes, en proposant un modèle-type applicable aux entreprises. L’entreprise libérée ne propose, elle, aucun schéma pré-établi, c’est plutôt une philosophie flexiblequi peut être adaptée et modulée selon les besoins et l’organisation de l’entreprise.

La France est assez en retard sur les nouveaux modes de management en entreprise. Selon l’enquête européenne Eurofund 2015 sur les conditions de travail, 31% des salariés français déclarent pouvoir influencer les décisions importantes dans la vie de l’entreprise. Cela place notre pays avant-dernier en Europe, derrière la Slovaquie.

Pourtant, cette méthode de management semble améliorer significativement le bien-être au travailL’Institut Gallup considère que les salariés des "entreprises libérées" seraient plus impliqués dans leurs missions et développeraient un attachement fort à leur entreprise, parfois même affectif. Selon un sondage en ligne réalisé par Toluna pour l'entreprise Interface le 27 mai 2019, 33 % des personnes interrogées estiment que plus d’autonomie et de perspective d’évolution dans leurs missions les rendraient plus performants. Cette question est aujourd’hui au centre des préoccupations des salariés. Selon le même sondage, 73 % d’entre-eux considèrent que la qualité de vie au travailest même aussi importante que le salaire ! 

Cela permet aussi aux entreprises de perdre moins d’argentComme nous l’expliquait Thomas Coustenoble, président de Happytech, le coût du mal-être au travail "s’élève à 12 000 euros par an et par salarié. On sait également que la France est dans le dernier classement de l’OMS le troisième pays en termes de dépressions liées aux environnements professionnels."

Une bonne qualité de vie au travail induit également une meilleure productivité des employés, selon l’étude 2015 de Terra Nova "La qualité de vie au travail : un levier de compétitivité" en partenariat avec La Fabrique de l’industrie et l’Anact. L’engagementdes salariés aurait un impact direct sur les performances de la société, et la rendrait plus attractive aux yeux de futurs collaborateurs. Terra Nova s’appuie notamment une étude de l’Institut Gallup de 2013 qui affirme que les unités de production où l’engagement salarial est le plus fort affichent un niveau de productivité 21 % plus élevé que les autres.

Les six besoins fondamentaux des salariés, selon l'étude 2015 de Terra Nova en partenariat avec La Fabrique de l’industrie et l’Anact. 
Terra Nova

Toutefois, les gains de productivité ne sont pas l’objectif de l’entreprise libérée, selon l’inventeur du concept, Isaac Getz, qui confiait à l’Usine Nouvelle en janvier 2018 : "Ceux qui pensent que l’entreprise libérée est un moyen de réduire la masse salariale ou même d’améliorer radicalement la performance économique n’ont pas vraiment saisi cette philosophie." À méditer...

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?

 

 

ATLANTICO-BUSINESS
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 juin 2019

en piste pour la présidence de la CFTC

Cyril Chabanier en piste pour la présidence de la CFTC

Selon nos informations, l’actuel président de la centrale chrétienne, Philippe Louis, va passer la main en novembre, lors du congrès confédéral à Marseille, au président de la fédération de la protection sociale et de l’emploi.

Par Michel Noblecourt  Publié le 13 juin 2019 à 18h51 LE MONDE

 

 

Lors d’une manifestation de la CFTC à l’usine Dim d’Autun (Saône-et-Loire). JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Cyril Chabanier va succéder à Philippe Louis, en novembre prochain à la présidence de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC). La nouvelle n’est pas officielle mais, selon nos informations, l’affaire est pliée. Du 5 au 8 novembre, la centrale chrétienne va tenir son congrès confédéral à Marseille. Des assises qui marqueront aussi le centenaire de la fondation, en 1919, de la CFTC. A cette occasion, l’actuel président, Philippe Louis, élu en novembre 2011 au congrès de Poitiers et réélu en novembre 2015 au congrès de Vichy, va passer la main. Il a choisi pour lui succéder Cyril Chabanier, le président de la fédération de la protection sociale et de l’emploi.

Signe qui ne trompe pas, lors du conseil confédéral qui s’est tenu mercredi 12 et jeudi 13 juin, c’est Cyril Chabanier qui a présenté la motion d’orientation, fixant les grandes lignes de la stratégie de la centrale pour les quatre ans à venir, qui sera débattue au congrès de Marseille. Ce texte sera envoyé début juillet aux syndicats, qui pourront l’amender avant un nouveau conseil confédéral les 11 et 12 septembre où devraient être officialisés la candidature de Cyril Chabanier ainsi que les noms des candidats aux postes de secrétaire général et de trésorier. L’histoire de la CFTC montre qu’il peut y avoir des surprises. En novembre 1981, le candidat pressenti pour succéder à Jacques Tessier, Pierre Boisard, n’avait pas été retenu et c’est Jean Bornard qui avait été élu. Mais la répétition d’un tel accident est fort peu probable.

Un quadra discret et « très ouvert »

Originaire de Marseille, et supporteur de l’OM, Cyril Chabanier est un quadra discret. Marié, sans enfants, il a aussi l’image d’un militant de terrain plutôt dynamique. « Ce n’est pas un partisan d’un repli identitaire sur le catholicisme traditionnel », souligne un responsable du syndicat, qui n’est même pas sûr que le futur président soit très croyant. « Il est très ouvert », ajoute-t-il. En 2016, lors d’un congrès de sa fédération à Touques (Calvados), celui qui en était alors le secrétaire général avait fait part de son sentiment sur la loi El Khomri et le code du travail : « Nous ne souhaitons pas le retrait pur et simple du texte, avait-il affirmé. Tout n’est pas à jeter dans ce texte, mais il faut faire des modifications. » « Nous faisons partie des réformistes », avait-il martelé.

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

en piste pour la présidence de la CFTC

Cyril Chabanier en piste pour la présidence de la CFTC

Selon nos informations, l’actuel président de la centrale chrétienne, Philippe Louis, va passer la main en novembre, lors du congrès confédéral à Marseille, au président de la fédération de la protection sociale et de l’emploi.

Par Michel Noblecourt  Publié le 13 juin 2019 à 18h51

 

 

Lors d’une manifestation de la CFTC à l’usine Dim d’Autun (Saône-et-Loire). JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Cyril Chabanier va succéder à Philippe Louis, en novembre prochain à la présidence de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC). La nouvelle n’est pas officielle mais, selon nos informations, l’affaire est pliée. Du 5 au 8 novembre, la centrale chrétienne va tenir son congrès confédéral à Marseille. Des assises qui marqueront aussi le centenaire de la fondation, en 1919, de la CFTC. A cette occasion, l’actuel président, Philippe Louis, élu en novembre 2011 au congrès de Poitiers et réélu en novembre 2015 au congrès de Vichy, va passer la main. Il a choisi pour lui succéder Cyril Chabanier, le président de la fédération de la protection sociale et de l’emploi.

Signe qui ne trompe pas, lors du conseil confédéral qui s’est tenu mercredi 12 et jeudi 13 juin, c’est Cyril Chabanier qui a présenté la motion d’orientation, fixant les grandes lignes de la stratégie de la centrale pour les quatre ans à venir, qui sera débattue au congrès de Marseille. Ce texte sera envoyé début juillet aux syndicats, qui pourront l’amender avant un nouveau conseil confédéral les 11 et 12 septembre où devraient être officialisés la candidature de Cyril Chabanier ainsi que les noms des candidats aux postes de secrétaire général et de trésorier. L’histoire de la CFTC montre qu’il peut y avoir des surprises. En novembre 1981, le candidat pressenti pour succéder à Jacques Tessier, Pierre Boisard, n’avait pas été retenu et c’est Jean Bornard qui avait été élu. Mais la répétition d’un tel accident est fort peu probable.

Un quadra discret et « très ouvert »

Originaire de Marseille, et supporteur de l’OM, Cyril Chabanier est un quadra discret. Marié, sans enfants, il a aussi l’image d’un militant de terrain plutôt dynamique. « Ce n’est pas un partisan d’un repli identitaire sur le catholicisme traditionnel », souligne un responsable du syndicat, qui n’est même pas sûr que le futur président soit très croyant. « Il est très ouvert », ajoute-t-il. En 2016, lors d’un congrès de sa fédération à Touques (Calvados), celui qui en était alors le secrétaire général avait fait part de son sentiment sur la loi El Khomri et le code du travail : « Nous ne souhaitons pas le retrait pur et simple du texte, avait-il affirmé. Tout n’est pas à jeter dans ce texte, mais il faut faire des modifications. » « Nous faisons partie des réformistes », avait-il martelé.

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

14 juin 2019

INSEE

 

FireShot Screen Capture #029 - 'Insee - Institut national de la statistique et des études économiques' - www_insee_fr

Posté par Auchan CFTC 07 à 23:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,