PARTENAIRES SOCIAUX ,

ne buvez pas , ne mangez pas en lisant cet article,

vous pourrez VOUS ETOUFFER ! 

 

« Chez Auchan, nous avons versé un acompte de la prime sur la paie d’avril. Le solde arrivera en mai »

27 avril 2020 Patricia Bachelier

Olivier Lurson, DRH d’Auchan Retail, répond aux questions de Linéaires sur les problématiques sociales liées à la crise sanitaire : absentéisme, tensions en magasins, mesures d’accompagnement, etc. Il revient aussi sur le versement de la prime de 1 000 euros.

 

Quel niveau d'absentéisme devez-vous gérer en magasins et en entrepôts ?

Globalement depuis le début de la crise sanitaire nos magasins et entrepôts ont dû faire face à un niveau d’absentéisme assez modéré. Celui-ci est principalement en lien avec le besoin que nos salariés parents d’enfants assurent à leur domicile la garde de leurs enfants. Depuis maintenant un peu moins de 15 jours, l’absentéisme décroît.           

Où manquez-vous de bras et comment faites-vous pour y remédier ?

Nous avons manqué assez peu de compétences depuis la crise sanitaire. En effet, l’absentéisme (modéré, donc) a été compensé par une activité commerciale qui s’est répartie différemment dans la semaine, en lien avec les mesures de confinement. Par la suite, nous avons eu dans nos magasins et entrepôts de nombreuses initiatives de renforts internes des hypermarchés vers les supermarchés ou les drives, des hypermarchés vers les entrepôts ou des services d'appui nationaux ou territoriaux vers les magasins.

Les salariés de quelques hypermarchés Carrefour ont exercé leur droit de retrait durant ces dernières semaines. Y a-t-il eu des cas similaires chez Auchan ?

Nous n’avons pas eu de cas similaires chez Auchan. La protection de nos collaborateurs a été notre priorité dès les premiers instants de la crise. Cela a été ressenti et apprécié. C’est une des clefs, me semble-t-il, de la formidable mobilisation de nos collaborateurs pour continuer à servir et nourrir les habitants.

Quels sont les messages portés en magasins pour abaisser les tensions alimentées par la fatigue, le stress, la polyvalence parfois nécessaire pour faire face à l’explosion du drive par exemple ?

Au-delà de la protection physique (gel, gants, masques, visières, plaques en plexiglass aux caisses, distanciation sociale forte en caisse…), nous avons dès le début de la crise sanitaire consacré du temps et des ressources à organiser quotidiennement l’information auprès de nos salariés en magasins et en entrepôts.

C’est ainsi que nous avons mis en place une newsletter 6 jours sur 7 à destination de tous nos collaborateurs, présentant de nombreux messages en lien avec les mesures de sécurité mais aussi l’ensemble des activités et initiatives à l’adresse de nos clients, des relations avec les producteurs locaux, etc. Ces messages écrits ont aussi été régulièrement accompagnés de messages vidéo ou radio.

Les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé, mises en œuvre rapidement au sein de nos magasins et entrepôts, ont ainsi été relayées au quotidien. Une newsletter managers est aussi envoyée 6 jours sur 7 pour les informer, les aider et les accompagner dans cette période inédite.

Les employés des magasins sont les "soldats de la 2e ligne" dans cette guerre contre le Covid-19. Comment faire en sorte qu’ils soient encore mobilisés et présents dans l’après, puisqu’ils seront toujours aussi indispensables ? La prime de 1000 euros sera-t-elle suffisante ?

La prime de 1000 euros est l’envoi d’un message de reconnaissance explicite pour l’engagement de chacune et chacun de nos salariés en front office magasins, drives, livraison à domicile et entrepôts présents lors de cette période inédite de confinement pour le reste du pays.

Au-delà de cette prime, nous voyons chaque jour que le collectif, la cohésion des équipes, et leur capacité à participer aussi à l’élan de solidarité participent à la mobilisation.

Certains syndicats sont remontés sur le sujet des modalités précises de versement de la prime de 1000 euros. Sur la "proratisation" ou pas en fonction des heures travaillées, notamment. Comment apaiser ces tensions ?

A ce stade, comme bien d’autres entreprises, nous n’avons pas encore communiqué officiellement sur les modalités de versement de la prime. En dehors du fait que celle-ci s’appliquera à celles et ceux présents pendant cette période dite de confinement en front office en magasins, entrepôts, drives et livraison à domicile. Les modalités plus précises quant à cette présence seront partagées dès que possible avec les salariés et les élus ainsi que nous l’avons fait par le passé.

Par ailleurs, pour être précis, si nous avons discuté avec les partenaires sociaux les modalités de cette prime, nous avons déjà versé un acompte sur la paie d’avril. Le solde arrivera en mai.

Emmanuel Macron a évoqué une nécessaire revalorisation des salaires. Comment allez-vous répondre aux attentes que va susciter une telle annonce ?

Nous sommes attachés chez Auchan depuis de nombreuses années à partager la valeur produite. Les systèmes de rémunération existants doivent y répondre au mieux, qu’ils soient des systèmes directs, d'intéressement aux bénéfices ou encore d’actionnariat. Enfin, la prime de 1000 euros a pu être versée aussi du fait d'un accord d'intéressement qui vient juste d’être renouvelé avec nos partenaires sociaux.