08 mars 2018

journee-de-la-femme-810x922

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


La CFTC balance sa recette

La CFTC balance sa recette

Avec l’opération « Ma part du Gâteau » la CFTC propose une recette qu’elle s’applique au quotidien : avec 44%, elle est la 1ère Organisation syndicale représentative en pourcentage de femmes élues.

Au cœur de l’actualité, la lutte contre le harcèlement et les agressions sexuelles ne doit pas conduire à oublier que le combat pour l’égalité femmes-hommes ne s’y limite pas. La CFTC est persuadée qu’il faut abandonner l’opposition, la dénonciation et la stigmatisation systématique, pour construire, femmes à hommes, une société du travail équilibrée.

C’est d’ailleurs le message que la CFTC a voulu véhiculer avec ce dispositif conçu en deux temps.

L’un dressant le triste bilan d’une société cloisonnée et inégale : une recette ratée où le pâtissier maladroit s’acharne à mélanger les mauvais ingrédients.

 

La mauvaise recette

L’autre, montrant les bienfaits d’une société ouverte sur l’autre : une recette réussie et co-construite, où chacun trouve son rôle. Réalisée à quatres mains par un homme et par une femme, elle est composée d’ingrédients sains que nos élus CFTC mettent en pratiques chaque jour dans les entreprises.

La bonne recette

 

 

04 mars 2018

ANACT/ Tout savoir sur la qualité de vie au travail en moins de 6 minutes !

 

 

Qualité de vie au travail

Tout savoir sur la qualité de vie au travail en moins de 6 minutes !

Découvrez une série de 3 vidéos dédiées à la qualité de vie au travail. Présentation avec Ségolène Journoud, chargée de mission au département Élaboration des solutions de transfert (Est) de l’Anact.

Tout savoir sur la qualité de vie au travail en moins de 6 minutes !

L'Anact lance aujourd'hui une série de 3 vidéos pédagogiques sur la qualité de travail. Pouvez-vous nous la présenter ?

Aujourd’hui nous constatons des représentations très diverses concernant la qualité de vie au travail (QVT), ce qui tend à brouiller les messages sur le sujet et à compliquer sa mise en oeuvre. Avec ces trois vidéos explicatives, nous souhaitons diffuser des messages simples  et concis sur  la qualité de vie au travail, les façons de mettre en place une démarche et de d'expérimenter la qualité de vie au travail. D’une durée d’1 à 2 minutes, ces 3 vidéos s’adressent en particulier aux acteurs d’entreprise : salariés, manageurs, élus et dirigeants, qui veulent en savoir plus sur la qualité de vie au travail et agir.

Les informations déjà disponibles ne répondaient pas à ce besoin ?

Les entreprises ont parfois une vision de la qualité de vie au travail encore trop centrée sur la recherche de bien-être individuel : conciergerie, crèche, sport... les médias également. Avec ces films courts, nous voulons rappeler que le coeur de la qualité de vie au travail c’est le travail et les façons de l‘améliorer! Les démarches qualité de vie au travail en entreprises doivent permettre de faire progresser très concrètement et de façon combinée la qualité du travail, la performance et la façon dont les salariés vivent leur travail. 

Ces vidéos sont proposées sous licence créative common, pourquoi ?

Oui, notre souhait est de permettre la diffusion la plus large possible de ces vidéos. Elles sont ainsi réutilisables, hors usage commercial, dans différents contextes.

 

Épisode 1. La qualité de vie au travail (QVT) : qu'est ce que c'est ?

Épisode 2. La qualité de vie au travail (QVT) : comment faire ?

Épisode 3. La qualité de vie au travail (QVT) : comment mener une expérimentation ?

Ces 3 vidéos ont été réalisées par l’Anact, l’Aract Auvergne-Rhône-Alpes, l’Aract Hauts-de-France et l’Aract Normandie.

La CFTC pose sa signature sur l’ANI

une-formation-pro-1199x360

 

Lundi 26 février 2018

FORMATION PROFESSIONNELLE

Réunies ce jour à Pantin, les instances de la CFTC ont décidé de signer l’accord national interprofessionnel sur la formation professionnelle.  

Issu de nombreuses séances de négociations aux MEDEF, l’accord dont la rédaction s’est achevé dans la nuit de Mercredi 21 à Jeudi 22 février prévoit notamment une montée en régime du CPF.

Le projet d’ANI propose de mettre en place un CPF (compte personnel de formation) « lisible et rénové ». Le CIF y est intégré et devient le CPF « transitions professionnelles ».

Par ailleurs le plafond et l’alimentation du CPF ont été revus à la hausse. Ainsi, l’accord prévoit que le CPF soit alimenté de 35h par an (contre 24 actuellement) avec un plafond de 400 heures (150 aujourd’hui).

Mieux, pour les personnes peu qualifiées l’alimentation du compte est portée à 55 heures par an, avec plafond de 550 heures.

C’est donc à une véritable montée en puissance du CPF à laquelle on assiste. La CFTC appelait de ses vœux une telle évolution depuis longtemps afin que les salariés puissent être davantage maîtres de leurs parcours professionnels.

A ce titre les évolutions du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) prévues par l’accord constitue également de réelles avancées sociales. En effet, pour choisir la formation qui convient le mieux à ses aspirations et ses capacités encore faut-il connaitre les formations existantes, savoir à quels métiers elles correspondent, si elles sont adaptées aux salariés et aux évolutions du marché de l’emploi (nouveau métier, besoin en mains d’œuvre).

Grace à ce nouveau CEP, les salariés acquièrent enfin un droit à l’accompagnement universel et gratuit. 

Pour la CFTC, cet accord national interprofessionnel sur la formation, couplé aux nouvelles règles sur l’apprentissage et l’alternance (valorisation tutorat et maitre d’apprentissage, mise en place des campus métiers), constitue donc une réelle avancée sociale.  

Ses instances réunies ce jour ont donc décidé de le signer.

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Quelles sont les contreparties aux heures supplémentaires ?

Résultat d’images pour HEURES SU¨¨LEMENTAIRES
Vendredi 2 mars 2018 tire du site CFTC
VIE PRATIQUE

Les heures supplémentaires donnent lieu à un paiement majoré qui peut être remplacé par un repos compensateur de remplacement. Lorsqu’elles dépassent le contingent annuel d’heures supplémentaires, elles donnent droit à une contrepartie obligatoire en repos.

La majoration de salaire

Les heures supplémentaires doivent être rémunérées.

Elles donnent lieu à une majoration de salaire de :

  • 25% de la 36ème heure à la 43ème heure incluse,
  • 50% à partir de la 44ème heure.

Toutefois, un accord collectif peut fixer un taux de majoration inférieur ou supérieur à condition de respecter un minimum de 10%.

Le repos compensateur de remplacement

Le paiement des heures supplémentaires peut être remplacé en tout ou partie par des repos compensateurs de durée équivalente si un accord collectif le prévoit (art. L. 3121-24 C. trav.) : une heure supplémentaire donne alors droit à un repos de 1h15 pour les heures majorées à 25 % et à un repos de 1h30 pour les heures majorées à 50 %.

En l’absence de délégué syndical dans l’entreprise, le repos compensateur de remplacement peut être mis en place sur décision de l’employeur à condition que le comité d’entreprise (ou, à défaut, les délégués du personnel) ne s’y oppose pas.

La contrepartie obligatoire en repos

Elle est accordée au salarié pour les heures supplémentaires accomplies au-delà du contingent annuel (art. L. 3121-11 al. 2 C. trav.).

Le contingent d’heures supplémentaires est déterminé par accord d’entreprise (ou, à défaut, par accord de branche). En l’absence d’un tel accord, il est fixé par décret à 220 heures par an et par salarié (art. D. 3121-14-1 C. trav.) : la contrepartie obligatoire en repos se déclenche ainsi dès la 221ème heure accomplie par le salarié dans l’année civile.

La contrepartie est fixée :

  • à 50 % pour les entreprises de 20 salariés au plus ;
  • à 100 % pour les entreprises de plus de 20 salariés.

Les heures supplémentaires accomplies au-delà du contingent doivent donner lieu à consultation du comité d’entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel.

Les caractéristiques et les conditions de prise de la contrepartie obligatoire en repos sont fixées par accord collectif.

En l’absence d’un tel accord, l’employeur doit informer le salarié du nombre d’heures de repos qu’il a acquises par un document annexé au bulletin de paie.

Dès que le nombre d’heures atteint 7 heures, le salarié peut demander à bénéficier de son repos qui doit être pris dans un délai maximal de 2 mois.

Si l’employeur s’abstient de relancer un salarié qui n’a pas pris son repos, il manque à son obligation, peu importe qu’il l’ait au départ bien informé de la possibilité de prendre le repos dans le délai de deux mois. Il doit alors l’indemniser du préjudice subi (Cass. soc. 09/05/2007, n° 05-46029).

Le salarié doit adresser sa demande de contrepartie obligatoire en repos à l’employeur au moins une semaine à l’avance en précisant la date et la durée du repos. À compter de la réception de la demande, l’employeur dispose d’un délai de sept jours pour informer le salarié de sa décision (art. D. 3121-8, D. 3121-10 C. trav.).

L’employeur peut reporter la demande s’il justifie d’impératifs liés au fonctionnement de l’entreprise. Dans ce cas, il doit : consulter les délégués du personnel ; préciser au salarié les raisons du report ; et lui proposer une autre date comprise dans un délai de deux mois (art. D. 3121-11 et D. 3121-13 C. trav.

Lorsque des impératifs liés au fonctionnement de l’entreprise font obstacle à ce que plusieurs demandes soient simultanément satisfaites, elles doivent être départagées selon l’ordre de priorité suivant : les demandes déjà différées ; la situation de famille ; l’ancienneté dans l’entreprise (art. D. 3121-12 C. trav.).

 

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


28 février 2018

La CFTC 1ère des organisations syndicales représentatives

visuel-podium-v2-1199x360

Mardi 27 février 2018
Féminisation de la vie publique

La CFTC a présenté les listes les plus féminisées sur le cycle 2009-2012

D’après une note de la DARES, la proportion de femmes dans les comités d’entreprise (CE) et les délégations uniques du personnel (DUP) est passée de 32 % à 40 % entre 2001 et 2012. Si de fortes disparités existent encore entre les secteurs économiques, une dynamique de changement semble bien à l’œuvre.

Et comme une bonne nouvelle peut en cacher une autre, on apprend aussi dans cette note que, parmi les organisations syndicales représentatives au niveau national, c’est la CFTC qui a présenté les listes les plus féminisées sur le cycle électoral 2009-2012, avec 40,8 % de candidates et 44,3 % d’élues.

Proportion de femmes parmi les élus

 

 

24 février 2018

APPRENTISSAGE : La CFTC entendue

bandeau-cftc

 

CFTC - Le 12 Février 2018

La CFTC se satisfait d’abord que l’esprit du paritarisme soit sauf. En effet, les partenaires sociaux, qui sont les mieux placés pour définir les besoins des entreprises, co-écriront avec l’État les diplômes professionnels (intitulés, référentiels d’activité etc). Ces derniers pourront ainsi s’adapter aux évolutions de la société et du monde du travail d’aujourd’hui et de demain (mesures 11 et 19). Il s’agissait de l’une de nos revendications.
 

La CFTC militait durant la concertation pour un financement direct de l’apprentissage, sur la base du financement dit « au contrat » (mesure 8). Elle se félicite donc que cette option ait été retenue après arbitrage du gouvernement.
 

Les mesures annoncées pour favoriser l’information et l’orientation des jeunes souhaitant se tourner vers l’apprentissage constituent un autre point de satisfaction puisqu’il s’agissait d’une demande de la CFTC et d’un prérequis évident pour développer l’apprentissage en France (mesures 4, 5, 6).
 

La CFTC accueille favorablement la création de « campus des métiers », concept qu’elle n’a eu de cesse de défendre, et de passerelles entre CFA et lycée professionnel (mesure 9). Ces mesures sont de nature à fluidifier l’embauche d’apprentis dans l’intérêt de ces derniers comme dans celui des entreprises. Il en va de même des possibilités de s’affranchir du calendrier scolaire (mesure 17) et d’adapter la durée du contrat en reconnaissant les acquis antérieurs (mesure 16).
 

Même si elles paraissent louables, l’augmentation de la rémunération des apprentis (mesure 1) et la certification des maitres d’apprentissage (mesure 18) ne répondent qu’en partie aux revendications de la CFTC. En effet, l’augmentation mensuelle de 30 euros ne constitue pas le levier attractif escompté initialement. Quant à la certification des maîtres d’apprentissages, le rapport dit vouloir les « encourager » quand la CFTC souhaitait les voir rendues obligatoires.
 

Enfin la CFTC sera vigilante sur les conditions de rupture de contrat des apprentis et souhaite que la notion de médiation préalable prenne toute sa place et se fasse de façon tripartite. Cela permettra de mieux cadrer ces ruptures. En effet, la CFTC ne perd pas de vue que la réforme de l’apprentissage doit constituer les volets « sécuriser » et « protéger » du « rubikskub » de réformes souhaité par le gouvernement.
 

Retrouvez le communiqué de presse directement sur le site de la CFTC.

Posté par Auchan CFTC 07 à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 février 2018

tu fais quoi le dimanche?

dimanche

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Comment être reconnu travailleur handicapé ?

Une-rqth-1199x360

Qu’est-ce que le dispositif RQTH ?

tiré du site CFTC 

La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) permet aux actifs handicapés d’obtenir un statut, condition pour obtenir des droits et une aide à leur insertion professionnelle.

La RQTH, pour qui ?

Le Code du travail dispose qu’« est considérée comme travailleur handicapé toute personne dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite de l’altération d’une ouplusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique ».

Il convient dans un premier temps de prouver ce handicap, en fournissant un certificat médical. Il y a également une condition d’âge, la RQTH ne pouvant être attribuée qu’aux personnes âgées de plus de 16 ans, ou de 15 ans si elles sont dégagées de l’obligation scolaire.

La RQTH, pourquoi ?

Avoir cette reconnaissance peut permettre à une personne handicapée :

  • De prétendre à une orientation professionnelle en milieu ordinaire ou adapté et/ou d’avoir accès à une formation.
  • De bénéficier de l’obligation d’emploi ; car toute entreprise de 20 salariés et plus doit obligatoirement compter 6 % de travailleurs handicapés.
  • De bénéficier du soutien du réseau de placement spécialisé Cap Emploi. De bénéficier des aides de l’Agefiph ou du FIPHFP.
  • De bénéficier de certaines mesures spécifiques comme d’aménagement du poste de travail ou d’horaires individualisés propre à faciliter l’exercice professionnel ou encore une durée de préavis légal doublée en cas de licenciement (avec un maximum de trois mois).

Comment être reconnu travailleur handicapé ?

La demande de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé est à déposer auprès de la maison départementale des personnes handicapées.

Elle est effectuée au moyen d’un formulaire réglementaire disponible sur le site officiel du Ministère du Travail.

Attention ! Les délais peuvent être très longs.

Quelques précisions importantes :

La RQTH est attribuée pour une durée d’un à cinq ans, en fonction du handicap. Il faut donc en demander le renouvellement auprès de la MDPH.

Enfin, les personnes n’ont aucune obligation de mentionner la RQTH sur leur CV, ou à leur employeur. Cela relève leur vie privée et d’un choix personnel.

Marie Abdali

Crédit illustration : Kubanek

Posté par Auchan CFTC 07 à 00:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,