12 mai 2019

LES SECTIONS CFTC .....................tjs mobilisées

 

 

Les sections CFTC d' AUCHAN AUBIERE, LA SEYNE SUR MER , TOULOUSE 

ont mobilisés les salariés .............

aubiere cftc

                             PHOTO LA SEYNE

                                                                           PHOTOS TOULOUSE AUCH

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


07 mai 2019

encore................tous les jours , de nouvelles mobilisations...

LA MOBILISATION CONTINUE...

Section CFTC Auchan BAR LE DUC,  MARTIGUES , CLERMONT FERRAND

 

cftc auch bar le duccftc auch clermontcftc auch Martigues 7

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 mai 2019

La MOBILISATION CONTINUE !!!!

 

aUCHAN CFTC MERScftc auchan valenceauchan mongeron cftc1issy les moulineaux1

 

 

Après les équipes CFTC Auchan Mongeron, CFTC Auchan Valence , CFTC Auchan Mers les Bains, CFTC Auchan la Duchère, CFTC Auchan Issy les Moulineaux, CFTC Auchan Martigues, ...

LA MOBILISATION CONTINUE ...

 

 

 

 

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


08 mars 2019

France 3 des Hauts de france :Auchan : plombé par plus d'un milliard d'euros de perte en 2018

Auchan : plombé par plus d'un milliard d'euros de perte en 2018, le groupe va devoir prendre des mesures

A l'entrée d'un hypermarché Auchan le 22 janvier 2017 / © PHILIPPE HUGUEN / AFPA l'entrée d'un hypermarché Auchan le 22 janvier 2017 / © PHILIPPE HUGUEN / AFP

L'enseigne nordiste Auchan a réalisé une très mauvaise année 2018.

Par AFPPublié le 08/03/2019 à 14:38Mis à jour le 08/03/2019 à 16:26

Le groupe français Auchan Holding, propriétaire des magasins Auchan, de la banque Oney et de la foncière Ceetrus, a accusé une perte nette de 1,145 milliard d'euros en 2018, plombé par des dépréciations dans son pôle distribution qui devra entamer un "redressement" en 2019.

Auchan Retail, en raison de résultats "très insuffisants", aura pour objectif, "à court terme", un redressement de son activité "qui passera par des arbitrages et des renoncements", a annoncé vendredi dans un communiqué Edgard Bonte, le nouveau président du directoire de la holding, non cotée en Bourse et propriété de l'Association familiale Mulliez.


"Plan d'action volontaire"


Le groupe affirme que son résultat 2018 est grevé par "des dépréciations d'actifs", notamment de son pôle distribution, nécessitant "un plan d'action volontaire" en 2019, qui passera par une "maîtrise de l'endettement et des ratios financiers". 

Il faut dire qu'avec plus d'un milliard d'euros de perte nette en 2018, il y a de quoi vouloir serrer les boulons. Même si, pour le secrétaire général de la Holding, Xavier de Mézerac, le résultat est surtout grevé par "des dépréciations d'actifs", d'une valeur de 1,1 milliard d'euros, situés principalement en Italie, en France et en Russie, mais "purement comptables".

Ce plan doit permettre "une identification de tous les foyers de pertes sans a priori" et, selon principe de réalité, de "soit redresser les magasins soit de les réformer", a expliqué M. Bonte lors d'une conférence de presse. Il est également prévu de baisser "de moitié" les investissements, ce qui génèrera
"plusieurs centaines de millions d'économies en année pleine". Aucun plan de réduction d'effectifs, notamment en France, n'est en revanche programmé, a assuré M. Bonte.

L'objectif est un redressement à court terme du pôle distribution, "avec des améliorations significatives attendues dès 2019".
  Le groupe de commerce international français Auchan Holding. Le secrétaire général et président d'Oney, Xavier de Mezerac, président du conseil de direction et président d'Auchan Retail, Edgard Bonte, le directeur général de Ceetrus, Benoit Lheureux, et le directeur général d'Oney, Jean Pierre Viboud ont présenté les résultats du groupe à Paris en 2018, ce 8 mars 2019. / © ERIC PIERMONT / AFPLe groupe de commerce international français Auchan Holding. Le secrétaire général et président d'Oney, Xavier de Mezerac, président du conseil de direction et président d'Auchan Retail, Edgard Bonte, le directeur général de Ceetrus, Benoit Lheureux, et le directeur général d'Oney, Jean Pierre Viboud ont présenté les résultats du groupe à Paris en 2018, ce 8 mars 2019. / © ERIC PIERMONT / AFP 

Pas de dividendes


En raison de ces résultats "insuffisants", Auchan Holding ne versera pas de dividende au titre de l'exercice 2018, a annoncé le groupe,  illustrant le "soutien" des actionnaires.


Le produit des activités ordinaires de la holding - l'équivalent de son chiffre d'affaires - s'est établi en 2018 à 50,986 milliards d'euros, en baisse de 3,2% à changes courants, en raison notamment d'un "effet négatif de l'évolution des cours de change principalement du rouble russe et du yuan chinois", selon le communiqué.

Son résultat opérationnel courant (ROC), l'indice de référence dans la grande distribution, s'est pour sa part réduit de moitié (-54,7%), à 397 millions d'euros.



 

Edgard Bonte : "Je suis de la famille"

Ces mauvais résultats, qui étaient pressentis en fin d'année dernière, avaient conduit l'AFM à "un changement de gouvernance" et à la nomination de M. Bonte, 45 ans. Président de Kiabi, une enseigne de la galaxie Mulliez qu'il a contribué à redresser, il a été nommé à la tête d'Auchan Retail en tant que "redresseur d'entreprises sans a priori", selon ses propres mots. 

"Je suis de la famille (il est le gendre de Patrick Mulliez, le frère de Gérard Mulliez, fondateur de l'empire, NDLR), ce qui me permet d'être libre de mes actes et de mes prises de position", a-t-il souligné.

Son "plan d'action", intitulé "Renaissance", sera centré sur l'hypermarché, le format-phare de l'enseigne, en lequel il "croit" mais qui doit "se métamorphoser"
pour ne pas perdre en "attractivité".  Cette révolution passera par des "réductions" de surface, non chiffrées, l'arrivée de "nouveaux métiers" comme la restauration, ainsi que des "concessions" passées avec d'autres entreprises de la galaxie Mulliez (Decathlon, Boulanger, Leroy Merlin, Norauto ou Kiabi).

"On va faire +l'hyper plateforme+ mais en allant plus loin" que les concurrents, qui ont déjà ouvert des "corners d'enseignes" au sein de leurs grandes surfaces (Darty chez Carrefour, Cdiscount chez Géant Casino), a assuré M. Bonte.  Concrètement, ces partenariats, qui donneront accès aux "meilleurs spécialistes" du non-alimentaire aux clients de l'enseigne, seront testés dans cinq magasins au second semestre en France. Un "cadre financier strict", qui passera par une "maîtrise de l'endettement et des ratios financiers", sera donc mis en place en 2019, pour encadrer les trois entités de Auchan Holding, "avec des améliorations significatives attendues dès 2019".

 

06 mars 2019

Nouveau Comité de Direction d Auchan Retail France

20190306_221939

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 février 2019

Concertation sur l’Assurance chômage : les cadres dans le viseur

une-vae-syndicale-1199x360

Mardi 26 février 2019

Communiqué de presse
Concertation sur l’Assurance chômage : les cadres dans le viseur

Suite à l'échec de la négociation sur l'assurance chômage, le Premier ministre et la ministre du Travail ont présenté ce matin devant la presse, les pistes qui les animeront lors des concertations à venir.

Souvent pointée du doigt comme motif de l’échec des négociations, la lettre de cadrage que le gouvernement avait donnée aux partenaires sociaux en vue de réformer l’assurance chômage restera pourtant la boussole du gouvernement pour mener sa réforme.

L’objectif ?  « passer d’un système trop rigide structuré par des règles uniformes avec des droits dépendants des statuts mais non liés aux personnes […], à un système[…] qui dotent les personnes de nouveaux droits qu’elles peuvent conserver quand elles changent d’entreprises ou de statut; qui leur permettrait aussi d’ évoluer, de ne plus être assignés à résidence professionnelle » annonçait Muriel Pénicaud ce matin.

La CFTC qui revendique des droits attachés à la personne, ne peut que souscrire à cette philosophie, mais elle sera vigilante sur son application.

Par ailleurs, si l’on pouvait craindre que la reprise en main de la négociation par le gouvernement soit synonyme de mainmise sur la gouvernance de l’UNEDIC, Edouard Philippe et Muriel Pénicaud ont balayé cette idée. Tordant ainsi le cou à ceux qui voient dans l’échec de cette négociation, la fin du paritarisme.

En revanche, sur la question des contrats courts, sur la dégressivité des droits, ou sur la moindre indemnisation des cadres, le Premier ministre « ne s’interdit rien ».  Si la CFTC n’est pas surprise par ces annonces conformes à la lettre de cadrage, elle les regrette. En effet stigmatiser les cadres et plus globalement les hauts salaires, alors qu’ils financent davantage la solidarité que les autres, relève plus de l’affichage que de la recherche de réelles économies visée par le gouvernement (1.3Milliard).

La CFTC défendra tous les travailleurs lors de la concertation à venir et rappellera également au gouvernement son attachement au caractère assurantiel de l’UNEDIC.

Elle présentera également à la ministre du Travail les différentes propositions portées par la CFTC dans la négociation, elle ne s’interdit pas non plus d’en défendre d’autres.

A défaut d’avoir convaincu les organisations patronales de la pertinence de ses propositions, la CFTC les portera en bilatérale et espère que le gouvernement les retiendra. C’est avec cette ambition que la CFTC tentera jusqu’au bout de défendre l’assurance chômage et les travailleurs qui en bénéficient, et en bénéficieront demain, sans toutefois jamais oublier que le plus court chemin vers l’équilibre de l’assurance chômage reste le plein emploi.

Télécharger le communiqué au format .pdf

Crédit photographique : Pixabay / rawpixel

05 février 2019

N.A.O 2019 ....

20190205_220915

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,