26 mai 2019

Le BURN OUT reconnu par l 'OMS

 

who-fr-c-h-1200

 

Identifié dans les années 1970, le syndrome de burn out est resté jusqu’aujourd’hui un phénomène non reconnu par la médecine officielle. Non défini scientifiquement et donc reconnu, il ne bénéficie d’aucune statistique officielle, donc d’aucune politique générale de prévention et de prise en charge, si ce n’est quelques initiatives nationales comme ce projet-pilote en Belgique. Bien qu’il s’agisse d’un phénomène largement répandu, il n’existait pas encore de définition uniforme ou internationalement valable du burnout.

Or cette situation connaît un tournant ce samedi 25 mai 2019, lors de l’assemblée mondiale de la santé (WHA72) qui se tient à Genève depuis lundi.

C’est en effet aujourd’hui qu’est soumis au vote la révision du classement international des maladies (ICD-11)qui donne pour la première fois le titre de maladie au burn out, sous le code QD85, avec la description suivante :

Burn-out is a syndrome conceptualized as resulting from chronic workplace stress that has not been successfully managed. It is characterized by three dimensions: 1) feelings of energy depletion or exhaustion; 2) increased mental distance from one’s job, or feelings of negativism or cynicism related to one’s job; and 3) reduced professional efficacy. Burn-out refers specifically to phenomena in the occupational context and should not be applied to describe experiences in other areas of life. Exclusions : adjustment disorder, disorders specifically associated with stress, anxiety or fear-related disorders, mood disorders.

Traduction ‘Au temps pour toi’ :

« Le burn out est un syndrome conceptualisé comme résultant d’un stress professionnel chronique qui n’a pas été géré correctement. Il est caractérisé par trois dimensions : 1) des sentiments de perte ou d’épuisement; 2) une distance mentale accrue avec le travail, ou des sentiments de négativité ou de cynisme liés au travail; et 3) une diminution de l’efficacité professionnelle. Le burn out réfère spécifiquement au phénomène dans le contexte occupationnel et ne devrait pas être appliqué pour décrire des expériences dans d’autres domaines de la vie.

Sont exclus de cette référence les troubles de l’adaptation, les troubles spécifiquement associés au stress, les troubles de la peur ou l’anxiété, et les troubles de l’humeur. »

Le 13 mai dernier encore, sur France Inter la Ministre du travail Muriel Pénicaud, interrogée sur les suicides à France Télécom et le syndrome d’épuisement professionnel (burn-out) a répondu que « ces sujets là sont des sujets internationaux. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit très fermement après étude que ce n’était pas une maladie professionnelle. »

Même s’il ne rentre en application qu’en 2022, le vote d’aujourd’hui vient donc à présent changer la donne, et ouvrir la voie de la reconnaissance au niveau national, sur base de cette étape internationale. Il faut ici préciser que si le burn out peut donc désormais être nommé « maladie », il n’est pas certain qu’il soit rapidement répertorié comme « maladie professionnelle ».

Le tableau des maladies professionnelles, établi au niveau national, définit les maladies qui peuvent être reconnues comme d’origine professionnelle de façon automatique (par exemple les maux dûs à l’amiante pour un ouvrier du bâtiment). Pour les maladies qui n’y sont pas reprises, il existe la possibilité d’en demander la reconnaissance devant des comités régionaux (CRRMP).

Mais la question reste ouverte : le burn out doit-il être reconnu comme maladie d’office professionnelle? Que faire alors des burn out parentaux, des personnes qui vivent un burn out suite à des difficultés familiales alors que leur environnement de travail n’a pas évolué, …?

Peut-être la question est-elle mal posée?

Par Jean-Baptiste van den Hove, directeur de ‘Au temps pour to

Posté par Auchan CFTC 07 à 12:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


20 mars 2019

Pierre-René Tchoukriel quitte Auchan et rejoint LSDH

 

Pierre-René Tchoukriel quitte Auchan et rejoint LSDH

|
Publié le 20/03/2019

Après 19 ans chez Auchan, cet ancien industriel et actuel directeur produits chez Auchan Retail France retourne dans l'industrie chez LSDH. Il occupera la fonction de directeur général du pôle liquides, et cela aux côtés d'Emmanuel Vasseneix, président de LSDH.  

René Tchoukriel, directeur des achats alimentaires d’Auchan

La rédaction vous conseille

Pierre-René Tchoukriel va quitter fin mars l'enseigne Auchan. Ce directeur produits d’Auchan France depuis 2015 a démarré sa carrière comme chef de produit au sein du géant américain de l’agroalimentaire Kraft Foods, puis évolué vers le poste de category manager entre 1997 et 2000. Entré chez Auchan en 2000, il occupa le poste de directeur des marches santé beauté, puis de directeur marketing alimentaire libre-service. Il a assuré, par ailleurs, la direction du magasin de Vélizy et du magasin Kremlin-Bicêtre du groupe Auchan, avant de prendre la direction des achats alimentaires libre-service de l'enseigne. "C'est la vie normale des affaires après de nombreuses années passées chez nous", dit-on chez Auchan. 

Selon nos informations, Pierre-René Tchoukriel rejoindra la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel (LSDH) où, dès le 15 avril, il remplira la fonction de directeur général du pôle liquides. Rappelons que LSDH (plus de 2000 salariés) est un acteur majeur dans le domaine des liquides alimentaires (lait, jus de fruits, soft drinks, etc) et des salades 4ème gamme avec la marque Les Crudettes.

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 février 2019

Le tabou des ouvertures dominicales...

20190225_102601

Posté par Auchan CFTC 07 à 10:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 février 2019

................

 

 

100 ans cftc

Posté par Auchan CFTC 07 à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 décembre 2018

Gilets jaunes : 450 salariés Auchan au chômage partiel la semaine prochaine à Nîmes

Gilets jaunes : 450 salariés Auchan au chômage partiel la semaine prochaine à Nîmes

vendredi 14 décembre 2018 à 19:20 - Mis à jour le vendredi 14 décembre 2018 à 19:45 Par Philippe Thomain, France Bleu Gard Lozère

La semaine prochaine, Auchan devrait lancer une procédure de chômage partiel pour 450 de ses salariés à Nîmes. 450 personnes employées sur les plates-formes logistiques des zones de Saint Césaire et du Mas de Cheylon, bloquées par les Gilets Jaunes depuis maintenant 4 semaines.

un entrepôt logistique Auchan à Nîmesun entrepôt logistique Auchan à Nîmes © Maxppp - Guillaume Bonnefond

Nîmes, France

Au bout de 4 semaines de blocage quasi-total, André Pinson, le directeur régional d'Auchan logistique, va lancer une procédure de chômage partiel pour 450 personnes, 450 salariés qui travaillent sur les deux plates-formes logistiques nîmoises des zones de Saint Césaire et du Mas de Cheylon, quasiment bloquées depuis 4 semaines et le début du mouvement des gilets jaunes. Seront concernées les personnes qui travaillent directement à l'entreposage.

André Pinson, directeur régional approvisionnement & logistique Région Sud

La zone de Saint Césaire regroupe 230 entreprises qui emploient 2.600 personnes. Le blocage par les gilets jaunes vise les 20 entreprises de la rue Joliot-Curie, là où est installée la plate-forme logistique Auchan. Le barrage est filtrant pour les voitures, bloquant pour les poids-lourds qui disposent d'une fenêtre de passage de 10h30 à 12h00 chaque jour. Une heure et demie quand, selon les entrepreneurs, le déchargement puis le chargement d'un poids-lourds prend de 2 à 3 heures. Les entreprises de transport ou de logistique souffrent dit Ludovic de Caslou, le président de l'association de la zone industrielle de Saint Césaire. Il est très inquiet pour la survie de certaines entreprises, notamment les TPE, les très petites entreprises.

Ludovic de Caslou, président de l'association de la zone industrielle de Saint Césaire

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


03 décembre 2018

Smic 2019 : smic net, smic brut et smic horaire

 

Smic 2019 : smic net, smic brut et smic horaire Mis à jour le 03/12/18 09:00 JDN

 

En 2018, le Smic en France est en légère hausse par rapport à 2017 (+1,24%). Voilà tout ce qu'il faut savoir sur le montant du Smic net, du Smic brut ou encore sur le Smic horaire et le Smic mensuel.

[Mise à jour du 28 novembre 2018 18h33] Le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré sur BFMTV le 28 novembre qu'"il n'y aura pas de coup de pouce supplémentaire" pour le Smic en 2019. La hausse du 1er janvier devrait donc se limiter à la revalorisation légale.

Depuis le 1er janvier 2018, le montant du Smic net est de 1173 euros par mois Smic est en hausse de 1,24% (contre 0,93% en 2017).  Ainsi, le nouveau montant du Smic horaire brut 2018 est de 9,88 euros (contre 9,76 euros en 2017). Le montant mensuel brut sur la base de 35 heures du Smic 2018 est de 1 498,47 euros, contre 1 480,27 en 2017. Il s'agit donc d'une hausse mensuelle de 18,20 euros. Le montant annuel brut du Smic est de 17 981,64 euros en 2018 contre 17 763.24 euros en 2017. Le montant mensuel net passe quant à lui à 1 173 euros contre 1 153 euros en 2017. 

Le gouvernement a donc suivi les conseils du groupe d'experts sur le Smic qui avait conseillé de ne pas accorder de coup de pouce au Smic et de s'en tenir au minimum légal "pour ne pas fragiliser les améliorations en court sur le front de l'emploi. Précisons que le Smic est calculé en prenant en compte deux critères. L'inflation subie par les 20% ménages les plus pauvres et le gain de pouvoir d'achat du salaire de base des ouvriers et employés.  

Au delà de la hausse annuelle du Smic, le gouvernement d'Edouard Philippe souhaite mettre en place une politique qui vise à aider les bas salaires. Pour cela, le gouvernement prévoit une baisse des cotisations sociales compensée par une hausse de la CSG de 1,7 point. Le communiqué officiel du gouvernement explique d'ailleurs que la hausse du Smic "couplée à la baisse des cotisations salariales, représente en salaire net pour une personne travaillant à temps plein, une augmentation de 235 euros sur l'année".

Quel est le montant du Smic net ?

On entend souvent les expressions Smic net et Smic brut. Le Smic brut comprend les cotisations sociales du salarié ainsi que de la CSG et de la CRDS. Ces cotisations sont directement déduites par l'employeur sur le salaire. Le Smic net est le salaire effectivement versé sur le compte du salarié.

Quel est le montant du Smic ?

En 2018, le Smic mensuel net a évolué. Il atteint environ 1 188 euros net par mois pour 35 heures hebdomadaires contre 1 153,72 en 2017. Le montant 2019 du Smic n'est pas encore connu.

Le montant du Smic net
DateSmic mensuel net
1er janvier 2010 1 056,24 €
1er janvier 2011 1 072,07 €
1er décembre 2011 1 094,71 €
1er janvier 2012 1 096,88 €
1er juillet 2012 1 118,29 €
1er janvier 2013 1 120,43 €
1er janvier 2014 1 128,70 €
1er janvier 2015 1 135,99 €
1er janvier 2016 1 143,72 €
1er janvier 2017 1 153 €
1er janvier 2018 1 173 €

Quel est le montant du Smic brut ?

En 2018, le Smic mensuel brut, c'est-à-dire avec les cotisations sociales du salarié, atteint 1 498, 27 euros contre 1 480,27 euros en 2017.

Montant du Smic brut
AnnéeSmic horaire brut en eurosSmic mensuel brut pour 151,67 heures de travail en eurosSmic mensuel brut pour 169 heures de travail en eurosParution au JO
2018 9,88 € 1 498,47 € /// 21/12/2017
2017 9,76 € 1 480,27 € /// 23/12/2016
2016 9,67 € 1 466,62 € /// 18/12/2015
2015 9,61 € 1 457,52 € /// 22/12/2014
2014 9,53 € 1 445,38 € /// 19/12/2013
2013 9,43 € 1 430,22 € /// 21/12/2012
2012 9,40 € 1 425,67 € /// 29/06/2012
2012 9,22 € 1 398,37 € /// 23/12/2011
2011 9,19 € 1 393,82 € /// 30/11/2011
2011 9 € 1 365,00 € /// 17/12/2010
2010 8,86 € 1 343,77 € /// 17/12/2009
2009 8,82 € 1 3370,70 € /// 26/06/2009
2008 8,71 € 1 321,02 € /// 26/06/2008
2007 8,44 € 1 280,07 € /// 29/04/2008
2006 8,27 € 1 254,28 € /// 30/06/2006
2005 8,03 € 1 217,88 € 1 357,07 € 30/06/2005
2004 7,61 € /// 1 286,09 € 02/07/2007
2003 7,19 € /// 1 215,11 € 28/06/2002
2002 6,83 € /// 1 1154,27 € 28/06/2002
2001 6,67 € /// 1 127,23 € 29/06/2001
/// : absence de résultat due à la nature des choses. Source : ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social.

Quel est le taux horaire du Smic ?

Le gouvernement définit le Smic selon un montant horaire, le montant versé par heure de travail. On parle aussi de taux horaire. Une personne travaillant à temps partiel touchera ce taux horaire selon son temps de travail et non le Smic mensuel qui est calculé sur une base de 35 heures par semaine.

Quel est le montant du Smic horaire net ?

En 2018, le montant du Smic horaire net avoisine 7,83 euros. Ce chiffre ne peut être qu'indicatif, le montant des cotisations sociales retenues sur le Smic horaire brut pouvant varier d'une fiche de paie à l'autre. En 2017, il était de 7,64 euros.

Quel est le montant du Smic horaire brut ?

En 2018, le Smic horaire brut est revalorisé. Il atteint 9,88 euros, contre 9,76 euros précédemment.

Le montant brut du Smic horaire
DateSmic horaire brut
1er juillet 2005 8,03 €
1er juillet 2006 8,27 €
1er juillet 2007 8,44 €
1er mai 2008 8,63 €
1er juillet 2008 8,71 €
1er juillet 2009 8,82 €
1er janvier 2010 8,86 €
1er janvier 2011 9 €
1er décembre 2011 9,19 €
1er janvier 2012 9,22 €
1er juillet 2012 9,40 €
1er janvier 2013 9,43 €
1er janvier 2014 9,53 €
1er janvier 2015 9,61 €
1er janvier 2016 9,67 €
1er janvier 2017 9,76 €
1er janvier 2018 9,88 €
Source : Insee

Quelle est le définition du Smic ?

Smic signifie Salaire minimum interprofessionnel de croissance. Il correspond au salaire minimum en vigueur en France. Les employeurs ne peuvent donc rémunérer un salarié, quel que soit son contrat, en-dessous de ce seuil. En septembre 2013, le Conseil des prud'hommes d'Evry a ainsi condamné Carrefour pour non-respect du Smic. Il a succédé en 1970 au Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig).

Quelles sont les charges patronales pour le Smic ?

Depuis le 1er janvier 2015, les cotisations patronales relevant des Urssaf sont totalement supprimées pour les salaires au niveau du Smic, conformément à ce qu'avait annoncé Manuel Valls lors de son discours de politique générale, le 8 avril 2014, hors cotisations d'assurance chômage.

Autre changement intervenu au 1er janvier 2015 : le taux de cotisations familiales est passé de 5,25% à 3,45% pour les employeurs éligibles à la réduction générale des cotisations dite "réduction Fillon" au titre de leurs salariés dont la rémunération est inférieure à 1,6 fois le montant du Smic. Depuis le 1er janvier 2016 la mesure est étendue aux salaires inférieurs à 3,5 Smic : "Les cotisations famille seront abaissées de 5,25% à 3,45% pour les salaires compris entre 1,6 et 3,5 Smic (soit 1,8 point en moins)", peut-on lire sur le site Internet du gouvernement.

Quelle est la méthode de calcul du Smic ?

Jusqu'en 2009, le Smic était revalorisé le 1er juillet de chaque année. En 2010, la date de cette réévaluation est fixée au 1er janvier. En février 2013, un nouveau mode de calcul du Smic est mis en place. Ce mode de calcul est toujours en vigueur en 2017 et le sera également en 2018. Il prend en compte deux éléments :

  • L'inflation mesurée pour les ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie (soit les 20% des ménages les moins aisés),
  • La base de la moitié du gain de pouvoir d'achat du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés, et non plus des seuls ouvriers.

Précédemment, l'ampleur de l'augmentation du Smic était calculée en additionnant :

En dehors de ces revalorisations annuelles, le Smic est également rehaussé lorsque l'indice des prix (hors tabac) augmente de plus de 2%.

Enfin, ces modes de calcul définissent des hausses minimales, le gouvernement pouvant choisir de donner un coup de pouce au Smic en allant au-delà. Par ailleurs, un groupe d'experts sur le Smic instauré en 2008, émet chaque année des recommandations concernant l'évolution du salaire minimum. Sa composition a été complètement renouvelée au mois d'avril 2013. Il est désormais présidé par l'économiste Gilbert Cette. C'est ce comité qui a décidé de ne pas accorder de coup de pouce au Smic en 2016 ainsi qu'en 2017 et en 2018.

Plus d'augmentation du Smic ?

Dans son rapport sur la hausse du Smic en 2018, le groupe d'experts sur le Smic propose une piste explosive qui a fuité le mardi 5 décembre 2017: supprimer la revalorisation annuelle du Smic.  

Selon ce comité, "les relèvements du salaire minimum peuvent avoir un effet préjudiciable sur l'activité des personnes les moins qualifiées et sur la pauvreté de celles-ci". Le rapport préconise en revanche une majoration de la prime d'activité. Pour le moment, chaque mois de décembre, le salaire minimal est revu à la hausse pour tenir compte de l'inflation. Le gouvernement peut même décider d'accorder un "coup de pouce" (le dernier en date a eu lieu en 2012).

Précisons que le rôle de ce comité d'experts est uniquement consultatif. Le gouvernement n'est pas tenu de suivre les préconisations effectuées. Précisons que pour le moment, il n'a fait aucune déclaration officielle sur ce rapport. Seule Muriel Pénicaud, ministre du Travail a pris la parole à l'Assemblée nationale le mercredi 6 décembre. Elle a déclaré "prendre le temps de la concertation" et ne pas "se précipiter". Selon elle, "nous ne devons pas nous précipiter, mais nous devons pouvoir en discuter en toute sérénité en laissant le cap du caractère essentiel du Smic pour le pouvoir d'achat et la cohésion sociale"

Suite à cette annonce, le monde syndical a immédiatement clamé son opposition à cette proposition. Ainsi, pour le secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly, "si le gouvernement venait à retenir cette proposition, ce serait une faute économique et sociale lourde de sens, accentuant l'image d'un gouvernement des riches".

Générations, le nouveau parti de Benoît Hamon est également vent debout contre les préconisations des comités un tweet du compte officiel du parti déclare : "après la casse du code du travail, le gouvernement s'attaque au Smic. Va-t-il bientôt falloir défendre les congés payés ? Ce démantèlement de nos acquis sociaux est indécent".

De son côté, le député insoumis de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière a fait naître une polémique le 6 décembre. Dans un tweet, il explique que la mort de Johnny Halliday ne doit pas faire oublier la menace qui pèse sur le Smic. Face aux critiques, le député a effacé son message qui continue néanmoins à scandaliser une partie des internautes.

Quelle est l'évolution du Smic ?

Retrouvez ci-dessous l'évolution du Smic mensuel brut entre 2005 et 2017. Le Smic mensuel brut a évolué entre 2005 et 2017. La hausse de ce revenu est lié à quelques coups de pouce mais aussi à une augmentation annuelle décidée par le gouvernement qui suit les préconisation d'un comité d'experts. Retrouver dans le graphique ci-dessous l'évolution du Smic mensuel brut.

Le Smic n'a pas connu de coup de pouce depuis 2012. © JDN

Combien de personnes au salaire minimum ?

Selon les données de la Dares publiées en décembre 2016, 10,6% du salariat du secteur privé est rémunéré au Smic. Cela correspond à 1,65 millions de personnes. Il s'agit d'un chiffre en recul par rapport à 2005, année où 16,5% des salariés étaient rémunérés au Smic. Précisons également que les femmes sont surreprésentées parmi les bénéficiaires du Smic (55%).

Un Smic Paris ou un Smic Lyon ?

Des voix s'élèvent pour ne plus uniformiser le Smic, parfois accusé de faire augmenter le coût du travail. Ainsi en juin 2016, France Stratégie a proposé de faire varier le Smic en fonction de l'âge du salarié ou du territoire où il se trouve. Cependant la loi Travail a précisé qu'aucune négociation ne pouvait conduire à rémunérer un salarié en dessous du Smic horaire.

Qu'est-ce que le Smic hôtelier  ?

Les conventions collectives et les accords d'entreprise peuvent eux aussi définir une rémunération minimale selon l'emploi occupé. Dans ce cas, c'est le salaire minimum conventionnel (supérieur au Smic) qui doit être respecté. On parle par exemple du Smic hôtelier, pour évoquer le Smic pratiqué dans ce secteur.

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 juillet 2018

Une nouvelle certification est née,

VENDREDI 20 JUILLET 2018

Afficher l’image source

 


Une nouvelle certification est née, « relative aux compétences acquises dans l’exercice d’un mandat syndical ou de représentant du personnel ». En clair, vos missions syndicales vous permettent d’évoluer professionnellement… Il était temps !

Faire certifier vos compétences acquises sur le terrain, enrichir votre CV et prétendre, une fois votre détachement terminé, à de plus hautes responsabilités : cela vous est désormais possible.

« Lorsqu’on devient DS, on acquiert obligatoirement des compétences transversales nouvelles, explique Maxime Dumont, secrétaire confédéral en charge de la formation professionnelle. On pouvait ainsi passer plusieurs dizaines d’années à développer savoir et savoir-faire en sociologie, en négociation et psychologie de la négociation ou autres – ne serait-ce que dans l’étude des textes de loi, du Code du travail – et ces compétences n’étaient absolument pas valorisées ! Au bout du bout, on retournait sur son poste de travail et, généralement, on n’avait pas de promotion sociale dans les entreprises, ça se saurait ! Vous étiez soudeur-zingueur, vous repassiez soudeur-zingueur. » Les conséquences ? Un reclassement difficile dans l’entreprise, un sentiment d’injustice voire « d’être rétrogradé », avoue Maxime Dumont.

Des compétences reconnues par blocs et… à vie !
Pour obtenir la certification, vous devez, par le biais d’une VAE, décrocher six blocs de compétences :

encadrement et animation d’équipe ;
gestion et traitement de l’information ;
assistance dans la prise en charge de projet ;
mise en œuvre d’un service de médiation sociale ;
prospection et négociation commerciale ;
suivi de dossier social d’entreprise.
La seule condition pour se présenter aux examens est de justifier « l’exercice d’un mandat syndical ou de représentant du personnel au cours des cinq années précédentes, quelle qu’en soit la durée » (lire l’encadré ci-dessous). Quant à l’examen proprement dit, il comporte une partie écrite dans laquelle vous exposez les situations qui vous ont permis de mettre en œuvre les compétences visées – un court mémoire en somme – que vous soutenez à l’oral devant un jury dans un second temps.

« Lorsque que vous obtenez votre bloc de compétences, vous le gardez. Vous le décrochez pour de bon, alors qu’auparavant, c’était seulement pour une durée de cinq ans… C’est une avancée extraordinaire ! Cela signifie que vous êtes dégagé de toute pression, vous n’êtes plus pris par le temps, en vous disant qu’il faut valider le reste très vite sous peine de tout perdre, explique encore Maxime Dumont. Autre avancée notoire : il n’existe plus aujourd’hui de différenciation entre les droits à congé pour VAE entre titulaires de CDI et de CDD. Comme demandé par la CFTC, il est mis un terme au calcul prorata temporis (en fonction du temps passé, Ndlr). »

Pourquoi faut-il de réjouir de la publication de ces arrêtés ?
L’implication de la CFTC
Cette reconnaissance est le fruit de longs travaux portés par la CFTC – récapitulés dans l’étude Ires-CFTC intitulée Valosynd à paraître cet automne. « Cette réforme est à rattacher à celle plus globale de la formation professionnelle, déjà initiée par la loi Sapin en 1994 », détaille Maxime Dumont. Le CEP – conseil en évolution professionnelle – qui vient d’être mis en place va ainsi faciliter l’identification de compétences que nous n’avons pas forcément conscience de détenir. « La VAE structurée en blocs de compétences va permettre de décrocher un diplôme beaucoup plus rapidement. Si celui-ci comprend, par exemple, 6 blocs de compétences et que 3 d’entre eux, détectés par le CEP, peuvent être validés très vite, les 3 restants pourront être intégrés dans le CPF – le compte personnel de formation – du candidat. » Car, si les DS sont enfin reconnus dans le cadre général de la VAE, il en est de même pour les membres d’associations, les personnes pratiquant le volontariat (pompiers…), bref, tous ceux qui œuvrent à la solidarité nationale.

Ce procédé semblable à un « portefeuille de compétences » est inscrit au cœur du Statut du travailleur. C’est celui où « l’individu a le pouvoir d’opérer des choix de formation, afin d’évoluer tout au long de sa vie » conclut Maxime Dumont.

Maud Vaillant - Confédération CFTC

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 juin 2018

TRACT CFTC :

TRACT HANDICAP A DIFFUSER-page-0 (1)

Posté par Auchan CFTC 07 à 19:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 juin 2018

STAND BY

 

 

EN BLOG EN STAND BY ..........

118762620

 

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juin 2018

Réunion d'informations sur le CSE

35147098_665745360423909_3633587850479403008_n

 

Dans le cadre de notre campagne de communication dans les médias (Radio MTI)

MTI

 

une réunion d'information sur Comité Social et Économique

aura lieu dans nos locaux à Valence :

 
UID CFTC, Maison des Syndicats,
17 rue Georges Bizet, 26000 VALENCE
le vendredi 15 juin à partir de 16h00.
 
Nous comptons sur votre présence !
Merci de partager l'information auprès de vos proches, cette réunion est ouverte à TOUS !
 

Posté par Auchan CFTC 07 à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,