20 octobre 2019

TRACT.....

FB_IMG_1571507532127

Posté par Auchan CFTC 07 à 08:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


20 septembre 2019

Tract CFTC

1568988676170_Tract cse du 20 sept

Posté par Auchan CFTC 07 à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 mai 2019

20 ans !!!!!

 

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


20 mars 2019

Risques Psychosociaux : de quoi parle-t-on ?

une-vae-syndicale-1199x360

 

Lundi 18 mars 2019  Tiré su site CFTC 
Santé au travail

Si la notion de risques psychosociaux (ou RPS) est devenue courante dans le monde du travail, elle n’en demeure pas moins une expression générique aux contours flous. Dans ce contexte, difficile de mettre en place des actions concrètes pour les prévenir ! Parce qu’il s’agit d’un enjeu majeur pour le maintien de la santé des salariés, de la qualité de vie au travail et des performances de l’entreprise, la CFTC vous aide à y voir plus clair.

Les risques psychosociaux : qu’est-ce que c’est ?

Stress, burn out, troubles de la concentration, harcèlement… Les pathologies professionnelles sont nombreuses et souvent confondues avec les risques psychosociaux. Pourtant, ces deux notions diffèrent !

Lorsque l’on parle de risques psychosociaux on ne fait pas allusion aux troubles mais bien à leurs déclencheurs, aux situations qui engendrent ces manifestations. Pourquoi cette nuance est-elle importante ? Car la confusion freine l’adoption d’une posture préventive et empêche de s’interroger sur les facteurs de risques organisationnels.

En effet, les risques psychosociaux sont souvent le fait d’un ensemble de facteurs (intensité et complexité du travail, manque d’autonomie, conflits de valeurs, rapports sociaux dégradés…). Sans la mise en place d’une politique de prévention adaptée, ces situations peuvent avoir des répercussions lourdes à tous les niveaux.

Pourquoi prévenir ces risques ?

Aujourd’hui, tous les secteurs peuvent être exposés aux risques psychosociaux et chaque salarié peut être concerné, quelle que soit son histoire. C’est pourquoi il est essentiel d’apprendre à les prévenir. Au quotidien, les RPS peuvent avoir un impact sur la santé mentale et physique des salariés en déclenchant des troubles, une modification du comportement et parfois même des maladies. Mais ils participent aussi à dégrader la qualité de vie au travail et à nuire à la performance de l’entreprise (augmentation de l’absentéisme, turnover, difficulté de recrutement, démotivation, baisse de créativité et de la productivité…). Autant de raisons qui font de la prévention de ces risques un impératif.

Quelles obligations pour l’entreprise ?

Dans cette prise de responsabilité, l’entreprise a un rôle clé à jouer ! Rappelons qu’en France, les employeurs ont l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la santé physique et mentale des salariés comme le spécifie l’article L 4121-1 du Code du travail. Ces mesures supposent la mise en place d’actions de prévention, d’information mais aussi d’une organisation et de moyens adaptés. Au quotidien, la CFTC milite pour un meilleur respect de la législation et de l’ANI* “Stress au travail” du 2 juillet 2008 par toutes les entreprises.

Dans ces missions de prévention, différents outils permettent de rendre compte de l’engagement de l’employeur. Notamment le Document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP), obligatoire dans toutes les entreprises. On y retrouve l’ensemble des risques recensés et les moyens de prévention. Il est à disposition de tout collaborateur de l’entreprise, sur simple demande.

Bon à savoir

L’ANI*, pour Accord National Interprofessionnel, est un accord qui résulte d’un réunion entre les syndicats et les employeurs et qui permet de négocier de nouveaux droits pour les salariés.

Qui contacter et comment s’informer ?

Vous souhaitez en savoir plus sur ces risques ou trouver un contact pour vous aider dans vos démarches ? Le délégué syndical ou le représentant CFTC de votre entreprise est à votre disposition pour répondre à vos questions ou mettre en place un accompagnement personnalisé.

Ils pourront soumettre les situations évoquées au chef d’entreprise, saisir l’employeur en cas d’atteinte au droit des personnes… Si vous ne pouvez vous adresser à ces personnes au sein de votre entreprise, vous pouvez contacter la CFTC dans votre région.

 

 

 

15 mars 2019

TRACT CFTC NAO 2019

 

 

tract nao 2019 SIGNATURE-page-001

24 février 2019

La CFTC championne des champs

father-and-son-1198x360

La CFTC championne des champs

Jeudi 21 février 2019

Elections pro

Avec 22,10 % des voix aux élections dans les Chambres d’agriculture, la CFTC réalise un résultat historique.

1ère organisation syndicale (OS) en nombre d’élus ! La CFTC a été choisie par de très nombreux salariés agricoles, qui étaient appelés, au mois de janvier, à élire leurs représentants au sein des Chambres d’agriculture.
Pour Emmanuel Cuvillier, président de la fédération CFTC de l’Agriculture, et Annie Soubry, secrétaire générale fédérale : « Ces résultats sont le fruit de 2 ans de travail et de l’investissement d’un grand nombre de militants et de structures géographiques. Certains n’ont pas compté leurs heures et n’ont pas hésité à consacrer des soirées et des week-ends à la campagne électorale ! »

Pierre Jardon, pilote de ces élections, a une pensée particulière pour quelques adhérents qui se sont « énormément investis, ont parcouru des centaines de kilomètres, fait du porte à porte … passé beaucoup de temps et dépensé beaucoup d’énergie, déployé une grande force de conviction pour élaborer les listes de candidats et faire connaître la CFTC et son travail ! »

Le résultat confirme la place de la CFTC en tant qu’acteur incontournable du dialogue social agricole. « Cela va aussi nous donner des moyens supplémentaires pour renforcer encore notre présence sur le terrain », se félicitent les dirigeants fédéraux. Pierre Jardon détaille les résultats, les meilleurs jamais obtenus pour la CFTC dans ce scrutin (qui a lieu tous les 6 ans) : « Après une progression (déjà !) historique en 2013 en passant de 3,44 % en 2007 à 13,07 % , la CFTC-Agri continue son ascension en obtenant plus de 22 % des voix cette année. La CFTC devient ainsi la 3e organisation syndicale de la production agricole, derrière la CFDT (24,19 %) et la CGT (24,83 %). »

De quoi se satisfaire

Une satisfaction pour la fédération, mais aussi pour l’ensemble de la CFTC. Cette élection est prise en compte pour le calcul de l’audience pour la représentativité syndicale au niveau national.

La CFTC avait déposé un plus grand nombre de listes qu’en 2013. Et lorsqu’il y a une liste CFTC, elle emporte l’adhésion : sur les 63 listes déposées, la CFTC obtient en moyenne 28 %.

Résultat : même avec moins de listes que d’autres OS, compte tenu du succès de ses listes, la CFTC affiche le plus grand nombre d’élus. En tête dans 31 départements et en Île-de-France, et en 2e position dans 19 départements, la CFTC compte au total 85 élus. Explication : la liste arrivée en tête rapporte 2 sièges sur les 3 en jeu dans chaque département pour le collège salarié (4 en Île-de-France qui est une chambre régionale) ; le 3e siège étant pour la 2e OS du département dans ce collège électoral.

Prochain rendez-vous pour les élus CFTC : la séance plénière de leur chambre départementale, pour élire les membres du bureau et mettre en place les différentes commissions. La CFTC-Agri demande la création d’une commission « Emploi » dans toutes les chambres afin d’évaluer l’évolution du monde agricole et forestier, son impact sur l’emploi et les conditions de travail, et accompagner les acteurs en amont des changements. Pour ses élus, la CFTC-Agri prévoit des outils et des formations.

 

Stéphanie Baranger