AUCHAN CFTC VALENCE "GUILHERAND "

19 mai 2019

À QUOI SERT LE DIALOGUE SOCIAL ?

À QUOI SERT LE DIALOGUE SOCIAL ?

SITE CFTC

Le dialogue social, nous en entendons beaucoup parler sans vraiment savoir ce que cela signifie et quel rôle il joue dans la société. Pourtant, il est présent partout : de l’entreprise jusqu’aux instances gouvernementales. Apprenez-en plus sur le dialogue social avec la CFTC.

Dialogue social : qu’est-ce que c’est ?

Sa définition

Couramment employée, cette expression n’a pourtant pas de définition précise. L’Organisation internationale du travail (OIT) définit le dialogue social ainsi : “Le dialogue social inclut tous types de négociation, de consultation ou simplement d’échange d’informations entre les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs selon des modalités diverses, sur des questions relatives à la politique économique et sociale présentant un intérêt commun.”

Plus simplement, on pourrait définir le dialogue social comme étant l’ensemble des dispositifs au sein desquels se confrontent les intérêts des salariés, des employeurs et du gouvernement.

Au-delà d’une simple définition, il faut comprendre que le dialogue social fait de la négociation un élément d’équilibre des pouvoirs.

Sa philosophie

Le dialogue social part de la conviction ambitieuse qu’un débat fécond est susceptible de résoudre des questions économiques et sociales importantes, de promouvoir la bonne gouvernance, de favoriser la paix et la stabilité sociale et de stimuler l’économie. Il se place donc comme un mode de régulation sociale, qui vise à limiter la possibilité d’un pouvoir unique et absolu de décision (comme l’État ou l’employeur). Le dialogue social est le fruit de notre histoire sociale, politique et philosophique.

Le dialogue social et la France : une histoire de longue date

Ce sont les lois Auroux, promulguées en 1982, qui ont ouvert la voie au dialogue social. Elles sont en effet à l’origine d’importantes innovations en matière d’expression des salariés sur leurs conditions de travail et de prévention des risques.

L’expression « dialogue social » apparaît pour la première fois en 1984. À l’occasion de la présidence française du Conseil de la Communauté européenne, le ministre Claude Cheysson, prononce devant le Parlement Européen le discours de présentation du programme de la présidence française. Il y annonce alors que la présidence française prendra les initiatives nécessaires pour chercher, avec les partenaires sociaux, le moyen de renforcer le “dialogue social” au niveau européen.

BON À SAVOIR

Les accords Matignon de 1936 représentent une grande avancée dans le dialogue social :

  • instauration du délégué du personnel
  • confirmation des libertés syndicales
  • revendications sur l’augmentation des salaires

La législation française a bien évidemment beaucoup avancé sur ce terrain et le dialogue social a fait beaucoup de chemin en France. Depuis les lois Auroux, jusqu’au projet de loi Ayrault de 2016, qui prévoit un nouveau titre dans la Constitution, dédié au dialogue social.

On peut également évoquer la loi du 31 janvier 2007 sur la modernisation du dialogue social. Ce texte prévoit que tout projet gouvernemental impliquant des réformes dans les domaines des relations du travail, de l’emploi ou de la formation professionnelle doit d’abord comporter une phase de concertation avec les partenaires sociaux dans le but de permettre l’ouverture d’une négociation. Enfin, les ordonnances Macron qui instaurent le Conseil d’Entreprise viennent, elles aussi, apporter de l’eau au moulin du dialogue social.

Par quoi et qui passe le dialogue social en entreprise ?

En entreprise, le dialogue social a pour ambition de permettre une meilleure cohésion et de développer un sentiment d’appartenance en remettant le salarié au cœur du débat. Concrètement, il permet une résolution efficace des problématiques économiques et sociales majeures en entreprise.

Les représentants du personnel et les délégués syndicaux comme ceux de la CFTC. Ils sont la voix des salariés, négocient et agissent dans leurs intérêts.

La Direction est évidemment un autre acteur du dialogue social en entreprise. En effet, le dirigeant détermine la stratégie de l’entreprise et la communication en interne. Bien souvent, c’est le RH (Responsable des Ressources Humaines) qui est chargé de faire le lien entre la Direction et les employés. Il favorise le dialogue social par la communication et l’écoute qu’il apporte aux salariés. Il est est donc un maillon primordial du dialogue social dans l’entreprise.

Et enfin, vous ! Vous faites partie de la société et de l’entreprise. Vous pouvez donc faire entendre votre voix et êtes à ce titre un acteur du dialogue social à part entière.

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


AGIRC-ARRCO : DES RETRAITES COMPLÉMENTAIRES ENFIN INDEXÉES SUR L’INFLATION

 

LUNDI 13 MAI 2019
Réforme des retraites

À partir du 1er novembre 2019 et jusqu’en 2022, les pensions des 12 millions de retraités affiliés à l’AGIRC-ARRCO seront revalorisées sur le montant de l’inflation (+1.1% à la date d’aujourd’hui dès novembre prochain) et sans aucune désindexation.

La CFTC a porté haut et fort le message des retraités qui subissent une stagnation de leur retraite depuis plusieurs années, voire une baisse pour certains d’entre eux en raison des taxes nouvelles. 

Le conseil d’administration de l’AGIRC-ARRCO aura également la possibilité de majorer cette revalorisation de 0.2% supplémentaire si la situation du régime le permet. 

Cet accord précise également que les exonérations de pénalité sont élargies :

–       aux chômeurs en fin de droits bénéficiaires de l’ASS (allocation de solidarité spécifique) à la veille de leur retraite,

–       aux personnes en incapacité de travail au taux de 20% ou plus (accident du travail ou maladie pro),

–       aux invalides des 2e et 3e catégories,

–       aux bénéficiaires de l’allocation d’adulte handicapé.

Compte tenu des avancées de cet accord, la CFTC le signera et continuera d’être un partenaire d’une gestion saine, responsable et pérenne du régime AGIRC ARRCO. 

 

Télécharger au format .pdf

Posté par Auchan CFTC 07 à 21:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mai 2019

Carrefour envisage de céder une part de sa filiale chinoise

Carrefour : Carrefour envisage de céder une part de sa filiale chinoise

Aujourd'hui à 13:09  BFM BOURSE
Carrefour envisage de céder une part de sa filiale chinoise

par Arno Schuetze et Kane Wu

FRANCFORT/PEKIN (Reuters) - - Carrefour envisage de céder une participation minoritaire dans sa filiale chinoise déficitaire et a mandaté BNP Paribas pour l'aider à trouver d'éventuels acquéreurs, ont déclaré à Reuters des sources proches du dossier.

Le distributeur, dont les activités en Chine sont évaluées à environ un milliard d'euros, selon plusieurs sources, attend toutefois l'issue de la mise en vente des actifs chinois de l'allemand Metro et de voir les marques d'intérêt que suscite cette opération.

Interrogé, une porte-parole de Carrefour a estimé qu'il n'y avait "aucune actualité particulière sur le sujet". Le groupe avait déjà indiqué début mai, en réaction à des informations de presse sur le sujet, qu'une cession n'était "pas d'actualité".

Aucun commentaire n'était disponible dans l'immédiat auprès de BNP Paribas.

Carrefour est confronté depuis plusieurs années à une baisse continue de ses ventes en Chine malgré les efforts déployés pour s'adapter à l'essor rapide du commerce en ligne dans le pays, via notamment la conclusion d'un partenariat avec le groupe Tencent.

Annoncée en janvier 2018, une alliance capitalistique qui devait prendre la forme d'une prise de participation de Tencent dans Carrefour Chine n'a quant à elle toujours pas été concrétisée.

Les ventes du groupe en Chine ont encore reculé de 5,9% en données comparables en 2018, à 4,1 milliards d'euros.

(Avec Dominique Vidalon et Inti Landauro à Paris, Pascale Denis pour le service français, édité par Catherine Mallebay-Vacqueur)

Posté par Auchan CFTC 07 à 13:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 mai 2019

TRACT CFTC RETAIL : Alerte économique

tract auchan retail alerte eco

 

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

OLIVIER DAUVERS / Edgard Bonte taille des costards.......

TGC-193

 

LES FAITS. Profitant de la cession des activités italiennes du groupe, Edgard Bonte, patron d’Auchan a livré un véritable réquisitoire sur la stratégie passée dans une interview aux Échos. Et il reconnaît qu’Auchan n’a jamais été contraint à des renoncements d’une telle ampleur. 

La première question donne souvent le ton d’un entretien.  L’interview accordée aux Échos par Edgar Bonte, le patron du groupe Auchan, n’y échappe pas. Question donc : “Auchan annonce sa sortie de la grande distribution d’Italie, 30 ans après son implantation. C’est un constat d’échec ?”. Réponse : “Clairement”. Et tout l’échange est à l’avenant… Sur le modèle commercial en Italie ? “C’était une erreur stratégique”. Sur la proximité ? “Ca serait illusoire de penser pouvoir rattraper notre retard”. Là où les précédents managements et leurs manitous es-communication auraient enfilé les circonvolutions comme d’autres les perles, Edgar, lui, taille des costards. 

Le mérite premier d’Edgar Bonte est de sortir du déni

A bien des égards, Edgar Bonte dit l’évidence et efface en quelques mots des années de déni. En 2011, à l’occasion du 50e anniversaire du groupe, Arnaud Mulliez, alors patron de la France, expliquait aux Échos que l’hyper – et pas dans sa version mini… – était toujours le format d’avenir : “Chez Auchan, nous avons la conviction que le grand format est pertinent parce qu’il permet, de présenter toute la gamme des produits que recherchent les différents consommateurs […] Les hypers proposent une solution globale, une vision panoramique”. 2011, une éternité, certes. Mais, à la même date, Casino, déjà confronté au mal, taillait dans la surface de ses hypers. Si Edgar Bonte ne fait pas le procès explicite des magasins XXL, il le sous-entend néanmoins : “Il y a des rayons entiers ou nous n’avons pas ou peu de légitimité […]. On n’a rien changé au modèle depuis 50 ans.” Ses prédécesseurs apprécieront car, au-delà de la gestion quotidienne d’un groupe mondial, il y avait bien , dans leur mandat, un brin de vision à attendre… 

En guise de vision : du déni, toujours. Le pire pour un malade. Car il est souvent impossible d’accepter un traitement sans la douloureuse acceptation du diagnostic. En prenant ainsi la parole, lavant au passage le linge familial en public, Edgar Bonte revendique précisément le diagnostic : Auchan va mal. Suffisamment mal pour reconnaître des renoncements d’une telle ampleur. En mars, déjà, via des dépréciations d’actifs, le Docteur Bonte avait donné une réalité mesurable à la maladie : un milliard de pertes. Hier, dans les Échos, seconde lame : “Nous aurons encore des impacts forts en pertes exceptionnelles en 2019”. La famille est prévenue, les salariés aussi. Dur à entendre, surtout pour ceux qui y perdont une partie de leurs économies (les salariés possèdent 10 % du groupe). Mais Edgar Bonte aura au moins ce mérite : nommer le mal. Et tant pis si ça pique !

Olivier Dauvers

Le web grande conso

Posté par Auchan CFTC 07 à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Auchan : les syndicats exercent leur droit d alerte

LE SYNDICAT

 

  logo-auchan-hypermarchés

 

MAJORITAIRE

 

CHEZ AUCHAN

 

VOUS INFORME 

 

Auchan : les syndicats exercent leur droit d'alerte contre les fermetures

 

Auchan : les syndicats exercent leur droit d'alerte contre les fermetures Riccardo Millani / Hans Lucas / AFP

Retrouvez ce contenu plus tard en appuyant sur ce bouton

Réunis en comité central d’entreprise extraordinaire ce mercredi 15 mai, les membres du CCE Auchan "ont décidé à l’unanimité" de mettre en œuvre leur droit d’alerte économique pour avoir des explications sur la situation du groupe.

C’est inédit chez Auchan. Les élus du comité central d’entreprise d’Auchan ont voté ce mercredi 15 mai à l’unanimité un droit d’alerte économique sur la situation du groupe et demandent une expertise à la direction de l’enseigne de grande distribution. Comme le rapporte Sud Ouest, face à la situation économique "très difficile" d’Auchan, qui a annoncé la mise en vente de 21 de ses sites en France jugés pas assez rentables, les membres de CCE d’Auchan ont décidé d’agir.

En effet ces fermetures pourraient concerner potentiellement 700 à 800 salariés. Auchan a même annoncé ce mardi 14 mai la vente de la quasi-totalité des magasins italiens et vietnamiens. Face à l’ampleur de la crise, les membres du comité central d’entreprise extraordinaire (CCE) du distributeur ont ainsi "décidé à l’unanimité" de mettre en œuvre, en parallèle des négociations sur le possible futur plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), "la procédure du droit d’alerte économique".

>> À lire aussi : Auchan, acculé financièrement, vend ses magasins en Italie et au Vietnam

Il s’agit d’une procédure prévue par le Code du travail et que le CCE est en droit de mettre en œuvre quand il a "connaissance de faits de nature à affecter de manière préoccupante la situation économique de l’entreprise". Le Code du travail dispose qu’il peut dans ce cas "demander à l’employeur de lui fournir des explications" en déclenchant ce droit d’alerte.

Démarche inédite chez Auchan

Objectif : "réaliser une expertise au niveau du groupe, pour voir plus loin que ce que la direction peut nous montrer dans le cadre du PSE et obtenir plus d’informations sur les comptes, les grandes orientations stratégiques, et la situation du groupe au niveau international", précise Guy Laplanine, délégué syndical central CFDT. Il précise en outre que le déclenchement de ce droit d’alerte est "inédit chez Auchan", signe de la gravité de la situation économique pour l’enseigne de grande distribution.

Posté par Auchan CFTC 07 à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

tract CFTC CCE : DROIT D ALERTE ECONOMIQUE

 

 

C'est HISTORIQUE !!! chez AUCHAN 

 

tract cce du 15 mai droit d alerte-page-001

Posté par Auchan CFTC 07 à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Auchan cède sa filiale italienne de distribution

Auchan cède sa filiale italienne de distribution

Auchan Retail, la branche distribution du groupe français, a annoncé mardi qu'elle vendait la "quasi-totalité" de ses magasins en Italie, un désengagement nécessaire compte tenu de sa situation économique "très difficile" après une perte de plus d'un milliard d'euros de sa maison mère en 2018..

Auchan Retail cède la quasi-totalité de ses magasins en Italie
AFP/Archives - Rémy GABALDA

Auchan Retail, la branche distribution du groupe français, a annoncé mardi qu'elle vendait la "quasi-totalité" de ses magasins en Italie, un désengagement nécessaire compte tenu de sa situation économique "très difficile" après une perte de plus d'un milliard d'euros de sa maison mère en 2018.

Auchan Retail Italia détient environ 1.600 magasins de tous formats - hypermarchés, supermarchés, ultra-proximité et activités numériques - sous les marques Auchan et Simply, en propre ou en franchise.

Elle en cède la "quasi-totalité" à Conad, un groupe italien coopératif de distribution, pour un montant qui n'a pas été précisé. Selon une source proche dossier, il s'élève à près d'un milliard d'euros.

Conad, dont le siège est à Bologne (nord), a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires de 13,4 milliards d'euros (+3% sur un an), avec 3.225 points de vente. La société se présente comme "la plus grande organisation italienne de commerçants indépendants de commerce au détail, leader sur le segment des supermarchés".

L'opération ne concerne ni les 33 supermarchés non-franchisés situés en Sicile, ni les 50 magasins de l'enseigne Lillapois.

Non cotée en Bourse et propriété de l'Association familiale Mulliez (AFM), Auchan Holding, qui a accusé une perte nette de 1,145 milliard d'euros en 2018, avait annoncé début mars un plan de "redressement" de son secteur distribution, avec une réforme en profondeur de ses hypermarchés et des coupes financières.

Coupes franches 

Selon Edgard Bonte, le nouveau président du directoire d'Auchan Holding, ce plan devait permettre "une identification de tous les foyers de pertes sans a priori". Depuis ces annonces, les premières coupes franches dans le réseau sont intervenues.

Ainsi, fin avril, le groupe a lancé un processus de cession de 21 sites en France - supermarchés, "drives", entrepôts et hypermarché - concernant potentiellement entre 700 et 800 salariés. Dans l'Hexagone, il compte 637 magasins sous enseignes et emploie 73.800 collaborateurs.

Après la France, c'est donc au tour de l'Italie de subir les effets de ce plan. Auchan Retail avait déjà fermé 23 magasins en 2018 en Italie. Le groupe l'avait qualifié de zone "n'ayant pas encore trouvé son modèle" et "restant durablement en perte".

"Le marché du détail italien est très difficile, tant pour des raisons de dynamique, avec le niveau de dépenses dans les supermarchés qui est à l'arrêt et qui peine à se reprendre, que du fait des rapports avec la politique", a expliqué à l'AFP Carlo Alberto Carnevale Maffe, professeur de stratégie à l'université Bocconi de Milan.

"Dans ce secteur, la politique compte parce que la question de l'ouverture des magasins et de la flexibilité du travail sont des thèmes cruciaux dans les services. Ce sont des signaux qui conduisent les investisseurs européens à sortir du pays", a-t-il dit, en citant la volonté évoquée du gouvernement populiste italien de fermer les centres commerciaux le dimanche.

Carrefour est lui aussi en train de redimensionner son réseau dans la péninsule, avec notamment une réduction de 4% de ses effectifs.

Pour le professeur Carnevale Maffe, cette opération n'est en tout cas pas "un signal positif pour l'attractivité du marché italien".

Selon le syndicat italien Filcams Cgil, l'organisation d'une rencontre au sujet de l'avenir de près de 20.000 employés du groupe français en Italie est "absolument prioritaire". "Il n'est pas acceptable que cette opération puisse conduire à des licenciements ou à une sensible dégradation des conditions de travail", s'est-il inquiété.

Le directeur général de Conad Francesco Pugliese a d'ores et déjà souligné que le réseau acheté, malgré ses difficultés, "avait un grand potentiel et était complémentaire" au sien. Avec ce rachat, Conad deviendra le leader de la grande distribution en Italie, devant Coop, avec un chiffre d'affaires de quelque 17 milliards d'euros.

Auchan précise que "les galeries commerciales dans lesquelles figurent les magasins Auchan ou Simply cédés à Conad continueront d'être exploitées par Ceetrus (filiale immobilière du groupe Auchan, NDLR) qui poursuit par ailleurs son activité en Italie".

Posté par Auchan CFTC 07 à 00:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 mai 2019

AUCHAN cèderait 46 supermarchés en Italie

 

 

Auchan cede 46 Iper a Conad … primo passo di una forte ristrutturazione

La notizia circola da un po’ di tempo, ma ora è cominciata la prima fase di dismissioni per AUCHAN Retail Italia.

Il primo passo vede AUCHAN Italia cedere 46 superstore dislocati sul territorio italiano alla cooperativa CONAD.

L’operazione, vedrà anche il coinvolgimento del finanziere italiano, Raffaele Mincione che prenderà il controllo della parte immobiliare di Auchan Italia.

Un’operazione che ha un controvalore complessivo oscillante tra i 600 e i 700 milioni di euro e che, cambierà i pesi nel settore GDO, in Italia.

Con questa acquisizione, Conad consoliderà’ ancora di più’ la sua presenza sul mercato nazionale e in particolare al Nord Italia, dove era più debole.

Conad ha chiuso il 2018 con un fatturato consolidato di 13,4 miliardi (+3% rispetto al 2017), raggiungendo una quota di mercato del 12,9% (e’ leader nel settore dei supermercati, 22,4%), con questa acquisizione scalzerà dalla vetta del fatturato complessivo, l’eterna rivale Coop Italia, leader da sempre con una quota di mercato del 14,2% .

Auchan Italia, lo scorso anno, ha generato ricavi per 2,24 miliardi (-2% rispetto al 2017), la gran parte dei quali (52%) nel Nord Italia. Ed è proprio nelle regioni settentrionali che voleva rafforzarsi Conad.

Auchan è presente in Italia anche con 260 negozi e più di un migliaio di negozi in franchising, ed ora molti temono la vendita del resto del gruppo.

Il pensiero va alla protesta proclamata a ridosso delle festività di Pasqua, del 25 aprile e del 1 maggio da Filcams Cgil Fisascat Cisl e Uiltucs che chiedevano all’azienda AUCHAN di rompere il muro di silenzio che circonda le sorti di Simply che da mesi risulta “sul mercato” e si rincorrono voci di presunte e misteriose trattative con altri gruppi, proprio a partire da Conad, per la cessione di parti o della totalità della rete vendita.

Anche in Sicilia a fine Aprile i sindacati avevano dichiarato sciopero perché non ci sono risposte da parte dell’azienda alle insistenti voci di cessione della rete nell’isola.

In fondo è plausibile che Auchan sia interessata a cedere parte degli asset italiani fonte di perdite continue nonostante le numerose ristrutturazioni di strutture e marchio e punti a mantenere quelli sani (Decathlon, Leroy Merlin, Bricocenter, Bricoman, Norauto, Kiabi e Pimkie … ).

In tutto questo si aprirà anche una dinamica legata alla Supercentrale di acquisto Auchan Italia ed alle varie centrali italiane che gli sono associate …

In primo luogo ci sono i Master Franchisee  3A di Asti, Apulia Distribuzione dei fratelli Sgaramella in Puglia, Cedi Etruria in Toscana … questi resteranno o dovranno guardarsi intorno ? Non si tratta di realtà di poco conto.

3A di Asti. ad esempio, ha già dovuto pagare la “fuga” di due delle sue imprese maggiori verso PAM (Arimondo, e Borello )

Poi ci sono CRAI Supermercati che (guarda caso) a fine 2018 ha creato una centrale acquisti (Gruppo Levante) riunendo in essa anche il Gruppo D.iT (Sigma, Coal e Sisa), che sono oggi sotto Auchan, ovvero hanno i suoi contratti, ma di fatto si sono dati una dimensione minima per vivere di vita propria secondo cosa succederà … (sarà sufficiente?).

Infine C3 … che non potrà stare a guardare e che sicuramente è già oggetto di interesse da parte di altre Centrali Acquisti.

A tracciare il futuro di tutti questi sarà sicuramente AUCHAN Italia e le scelte finali che farà. Resterà o … abbandonerà l’Italia ?

 

 

Fortes rumeurs autour d'une cession des hypermarchés italiens d’Auchan

Morgan Leclerc |

Publié le 13/05/2019

Des rumeurs insistantes font état de la vente des hypermarchés d’Auchan en Italie. Un scénario qui n’aurait rien d’incongru, compte tenu des difficultés récurrentes de l’enseigne dans le pays.

Auchan compte 46 hypermarchés en Italie, ainsi qu'une myriade de supermarchés et petites magasins de proximité, qui lui permettent d'occuper la quatrième place en termes de part de marché.

 

 

Posté par Auchan CFTC 07 à 19:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,